23/07/2014

SYNCHRO LES DEUX !

Ce 20 juillet dernier, était-ce un jour spécial ?

Je me le demande, avec quelque appréhension…

Voilà que tout à coup, se rappellent à mon bon souvenir deux personnes : des simples connaissances et non pas des amis.

Pourquoi me relancent-ils ce jour là ?

La première, au téléphone depuis le Midi, pour me raconter ses élucubrations de vieille esseulée (mais non sans ressources) et qui  aurait envie de profiter de notre hospitalité – dont nous avons déjà un souvenir infect datant d’il y a cinq ou six ans. Pitié ! Tout mais pas ça...

Pourtant, je m’étais jurée à mon 50e anniversaire de dire NON chaque fois que les sollicitations me semblaient hors de propos. J’avais fait une exception… je n’aurais pas dû.  Cette personne pieuvre voulait tout simplement de nouveau profiter de notre bienveillance dans un futur encore assez éloigné : soit au printemps 2015. J'ai provisoirement esquivé. 

La seconde demande était plus facile à traiter.  Cet homme voulait aussi quelque chose de moi : des photos d’ovni prises en Belgique !!! Je ne connais pas personnellement Vicente-Juan habitant quelque part en Espagne.  Et je n'ai aucune photo du genre...

Comme quoi : méfiez-vous des connaissances liées à votre hobby du moment ! Des années et des années après, ils sont toujours sur les traces de vos basquets.

22/07/2014

Rom ? Rhum ?

Jipi est beaucoup moins raciste que la moyenne des Belges. Il est vrai qu’il est Français et que ça change la donne.

Ainsi, trouve-t-il que de chasser "les gens du voyage" à coups de décibels – comme c’était le cas en Belgique et plus spécialement en Flandre récemmment – cela ne se fait pas.

Il a, par exemple, une prédilection pour les Rhums de la Martinique. Il les trouve très fréquentables.

Franchement ? Moi aussi. Et vous ?

 

21/07/2014

MALADIE ORPHELINE ?

garfield.jpgJipi et moi souffrons d’une maladie rare mais très contagieuse.

Il ne s’agit ni de rougeole, ni de jaunisse, encore moins du vert-tige.

Notre malaise n’a pas de couleur, ni d’odeur…

C’est la flegmatite aiguë. Vous connaissez ? 

21 JUILLET

Aujourd’hui c’est donc la fête nationale de Belgique tout comme c’était celle de la France il y a une semaine.

 C’est quoi une nation ?

 A mon avis c’est une sorte de tribu qui a pu choisir son chef…  Hum !

Et en quoi consiste le menu de la fête nationale ? Exhibition des forces de frappe ? Sûrement.

Et pour quoi faire ? D’une part, sans doute pour rassurer les membres de la tribu et d’autre part pour jeter de la poudre aux yeux d’un éventuel ennemi.

N’est-ce pas magnifique ????

 

20/07/2014

CANICULE

Merci, ça va bien :Jipi et moi avons survécu, nous avons suivi les conseils en nous arrosant le gosier toutes les demi heures. Et vous ?  

 

cqni.jpg

 

18/07/2014

JE N'AURAIS PAS VOULU...

Il faut travailler pour gagner sa vie. Dur, dur !

Je n'aurai pas voulu être préposée à l'emballage des fromages.

On a les mains qui sentent les pieds...

16/07/2014

LA VIE N'EST-ELLE PAS BELLE DES FOIS ?

La vieille scie sauteuse de Jipi (non, pas moi !) fonctionne encore très bien.

Par contre, sa scie circulaire … pff.

Nous avons trouvé un dépanneur ! Il nous prête (sans intérêts) la sienne encore comme neuve.

Du coup, pour rejoindre Lille ce soir, nous allons faire le plus agréable des détours, quelque part entre Bruxelles et Gand. Non seulement cet aimable individu (allez, allez, ça va, il s’agit de mon fils cadet) nous prête sa scie, mais il nous offre un petit bbq en guise de repas du soir.

La vie n’est-elle pas belle, des fois ?

 

15/07/2014

... JE CROIS BIEN QUE JE NE VEUX PLUS LA VOIR...

IMG_0695.JPGCeci est une réparation système D… avec de la bande micropore, je n’avais rien de plus adapté sous la main.

Depuis le départ en congé de maladie de ma « petite perle rare des îles » qui venait m’aider dans les travaux ménagers, il a bien fallu que je prenne la relève en attendant une remplaçante.

Je ne vous dis pas dans quel état j’ai trouvé la rallonge électrique qui permet de faire toute la longueur de l’appartement : j’ai eu l’impression que ce fil avait traîné dans une route de campagne où tracteurs et bêtes lui passaient dessus. Il était tordu dans tous les sens et on commençait à lui voir les  boyaux… De plus : il était crade.  

Puis, en prenant l’aspirateur, je constate que malgré son moteur ronflant, il ne « suçait » pas.

Je lui ouvre donc le capot et c’est là que …

C’est un engin sans sac : il y a évidemment un bac récolteur. 

-       Pourquoi tant de haine ? ai-je demandé à mon moi-même.

Les deux coins à pivot de charnière du couvercle de ce bac étaient cassés. L’ensemble avait été remis n’importe  comment. 

Que suggérez-vous ? C’est de ma faute, je ne lui aurais pas montré ? Pendant des semaines d’affilée je lui ai fait la démonstration, non mais !

J’en veux à la personne de ne m’avoir rien dit. 

… je crois bien que je ne veux plus la voir.

CE QUI SEMBLE CERTAIN : ELLE DETESTE PASSER L'ASPIRATEUR. 

 

 

14/07/2014

EN CE JOUR DE FETE FRANCAISE...

Pour petit 14 juillet nous avons prévu un spectacle. ail.jpg

 

 

 

 

 

 

vers.jpg

 

Mais encore un petit plat mixte : légumes-vers

 

13/07/2014

C'EST LA FAUTE A LA METEO.

Pleine de bonne volonté, ce matin, je m’apprêtais à vous concocter une de ces notes humoristiques en diable. Je n’ai pas pu !

Mon inspiration a été étêtée par le syndrome de Raynaud. A chaque main trois doigts avaient pris la couleur de la mort et étaient devenus raides comme dito.

Pour ne pas vous décevoir j’ai enfilé des gants de laine : ce n’est pas vraiment pratique pour tapoter un clavier.

Z’avez déjà essayé ?

Et bien voilà ! C’est à cause de la météo fraîche et trop humide que vous ne lirez donc rien.

 

YAPUKA !

En rentrant à Bruxelles hier après-midi, Jipi m’a fait part de son état relax. Après les efforts fournis, il pouvait se sentir vraiment apaisé. Non seulement les meubles hauts de la cuisine sont accrochés au mur, mais juste avant de partir nous avons pu avec l’interrupteur jouer à « jour, nuit » ! L’’éclairage LED fonctionne, la hotte aussi. N’est-ce pas merveilleux ?

Maintenant yapuka !

YAPUKA faire la découpe dans le plan de travail pour y poser la plaque de cuisson, poser le four dans son logement et s’adonner à quelques petites bricoles n’est-ce pas ? Car après le déploiement du neurone inventif de Jipi, de sa force physique, du tabouret placé astucieusement, des planches et un cric glissé au bon endroit par l’arpète, tout le reste semble maintenant plus qu’un jeu d’enfant. 

Ce sera pour le prochain séjour, sans oublier l’habillage mural avec les faïences de luxe !

Entre-temps la météo ne semble pas encore à ce que j’espérais… averse orageuse là tout de suite et températures de pré-hiver… Bof.    

 

11/07/2014

LE CONTRAT C'EST LE CONTRAT.

On apprend chaque jour. Ainsi, moi, aujourd’hui j’ai compris que Jipi n’avait pas acheté six cloches l’autre jour, mais un ensemble qui s’appelle scie-cloche, pour pouvoir produire de beaux trous ronds. Je m’endormirai donc un peu plus savante ce soir qu’hier.

D’autre part : comme il a plu toute la nuit,  la pelouse était bien mouillée ce matin sous un restant de bruine.

IMG_0690.JPGEt puis, qu’ai-je entendu ? Des tondeuses !

Sur gazon mouillé : n’est-ce pas étonnant ?

Plus tard dans la journée j’ai compris que c’est l’action qu’il faut faire dans ce cas : il faut tondre ! De toute façon, le contrat avec l’entreprise d’entretien du jardin stipule que d’avril à octobre, il faut entretenir les lieux chaque deuxième vendredi du mois.  Et un contrat c’est sacré.

Du coup, la pluie s’est calmée un peu plus tard, un pâle rayon de soleil est apparu et qui sait ? Demain peut-être, il fera assez beau ?         

Je nous le souhaite ! 

10/07/2014

AMBULANCE !

Merci à vous !

cyclope.jpgNous avons, malgré le temps abominable, fait une excellente traversée avec même un ralentissement délibéré pour observer comment l’eau de pluie utilisait la raie du cyclope de Waregem comme gouttière naturelle. De face la statue avait la goutte au bout… 

 

Aujourd’hui était une journée de travail plein pot : perçage de murs, de parois de meubles etc.

Même que le cri érotique était remplacé par un appel au secours : « ambulance » !

Il fallait une pince à épiler à Jipi pour extraire une petite écharde métallique du pouce.

A part cela, la journée ressemble comme une sœur jumelle à certain 21 juillet d’il y a 25 ou 30 ans : l’eau dégouline et la température est basse. Comme quoi la vie est un éternel recommencement de circonstances.

A demain ?  Peut-être !

 

09/07/2014

UNE CHANCE DE COCU ?

Ces derniers mois Jipi a eu une chance de cocu pour faire les trajets vers Lille et retour.

C’est ce soir que nous y allons de nouveau.

Regardez dehors : voyez-vous ce que je vois ?

Il pleut des cordes et il vente fort du nord…

J’aurais beau faire tout mon possible pour que le Jipi soit de nouveau chanceux… il va déguster… moi aussi.

Il y a au moins un bon côté à cet état de choses : nous ne serons pas gênés par l’éclat du soleil couchant.

 

08/07/2014

LA LETTRE ANONYME. (2)

En 1967, alors que je travaillais à Bruxelles dans une firme qui vendait du gros matériel de construction (finisseuses de route e.a) cette lettre parvenait au bureau. Elle était mise dans la boîte sans passer par la poste.

Cher patron de mon mari

Comand tu peu engaché une secratère parail. Je conè la persone : elle ait tout le soir a son balcon avec sai tette bluut ! * tous le monde peu la voir. Il fot met sa a la porte.

Une dame qui te veu du bien 

* tette bluut = seins nus.

L'anonyme était ignare et naïve. La dernière personne à avoir été engagée : c'était moi.

Il fallait donc chercher parmi les épouses du personnel et c'était vite fait.

Le patron me suggérait de porter plainte, car il avait lu la lettre et il pouvait toujours "coller" un bout de ce texte dans sa mémoire. J'allais donc au commissariat de police. 

Le surlendemain déjà j'étais convoquée pour une confrontation.

Dans la petite salle d'attente il y avait une autre personne : une memère très obèse que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam. C'est pourtant avec elle que je fus invitée dans le bureau du commissaire.

Et qui était cette personne ? La femme du minuscule homme à tout faire dans la firme.  

Elle a avoué. J'ai voulu des dommages : un franc symbolique. Comment aurais-je pu vouloir plus : ce couple là avait 16 (lisez bien SEIZE) enfants.

Quant à savoir pourquoi elle m'en voulait ?

 

LA LETTRE ANONYME.


Il faut croire que ma personne et mon comportement ont quelque chose de dérangeant …

Cela a incité quelques personnes à me dénoncer avec le grand courage de l’anonymat.

La toute première fois que quelqu’un m’ait trouvé tellement intéressante que je méritais une lettre anonyme, je n’avais que 19 ans et j’effectuais un long intérim de 6 mois dans l’école primaire St Joseph tenue par des nonnes à Alost. C'était en 1954;

Un jour, après la classe, la Sœur directrice m’appelle au bureau. Innocente comme l’agneau qui vient de paître (hum) je ne me doutais de rien. 

C’était l’interrogatoire ! Elle pensait avoir les moyens de me faire parler, que dis-je, de me faire avouer.

-         Mademoiselle, me dit-elle, vous rentrez à la maison par le train ? A quelle heure ?

Il y avait un train toutes les heures, et si je ne prenais celui de 17h45, c’était pour terminer la journée en classe à corriger les devoirs et préparer les cours du lendemain. Je n’avais donc pas de cahiers ni de livres à trimbaler par le train, puis à vélo jusque chez moi. 

-         Y a-t-il du monde dans le train ?

La bête question ! Non mais : pensait-elle que vraiment qu’un train vide roulait rien que pour moi ?

-         Et vous voyagez donc avec ces gens ?

Avec mon impertinence habituelle je lui ai dit que j’avais un abonnement qui effectivement me permettait de voyager avec les gens au lieu de m’installer dans le wagon postal.

-         Il y a donc beaucoup de monde… Mettent-ils leur main sur vos genoux ?

J’ai éclaté de rire. C’est ainsi que j’ai appris qu’elle avait reçu une lettre anonyme dénonçant mon dévergondage notoire dans le train. Elle a été chouette et m’a remis la lettre, tapée à la machine sur un papier filigrané à la devise belge : L’union fait la force.

 

07/07/2014

HIPPY LE GOULAF !

C’est un adorable beagle qui n’a qu’un défaut : il est gourmand.  Très.

Hippy6weeks.jpgLe voici dans les mains de son maître lors de son adoption à 6 semaines.

 hip.jpg6 ans plus tard, après deux ou trois ans d’école pour lui apprendre à bien obéir, il s’en donne à cœur joie dans le jardin. Pas agressif du tout, il est (parfois) le compagnon de jeu des enfants. 

Mais quand il a flairé du miam-miam (surtout de la viande, mais à peu près n’importe quoi de bon à manger, il peut – plus vite qu’un pickpocket – attraper (même en hauteur) la nourriture convoitée.

Il y a quelques semaines, voilà Hippy tout flagada qui ne bouge pratiquement plus. Suit alors une visite chez le vétérinaire qui préconise une radio. Le petit est conduit à la faculté vétérinaire de Gand. Le diagnostic tombe vite : le pauvre a une hernie discale au niveau du cou.  Il passe sur le billard et se remet bien.

Toutefois, le véto l’avait trouvé un peu croquette.jpg

trop gros pour un beagle. Il prescrit des croquettes de régime dont il faut répartir la prise journalière en 6 parts égales.

Son maître et sa maîtresse travaillent : ils ne peuvent donc pas s’occuper de lui pendant ses heures là.

Aucun problème : ils achètent un distributeur automatique programmable.

Dès le premier jour…

Hippy sentait toutes ces croquettes dans la machine qui n’en distribuait que si peu à chaque fois… Il s’est occupé du distributeur avec fougue… Mettez-vous à sa place : il avait envie de plus, de bien plus !

Résultat : le maître a dû fabriquer un caisson en bois pour que la machine soit à l’abri des mâchoires… 

04/07/2014

CRIS EROTIQUES.

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.

Par laquelle vais-je commencer ? La mauvaise évidemment !  En une phrase comme en deux : aujourd’hui pas de luxure pour cause de match France-Allemagne. Le Jipi aurait-il une prémonition ? La luxure est remise à demain, à Bruxelles.

La bonne nouvelle ? Il faut que je profite au maximum de l’ambiance par ici : il pousse souvent des cris.jpgpetits cris  érotiques ! Cela lui prend quand il perd une vis, quand il réussit à ajuster une toute petite pièce, quand son niveau à bulle lui montre que tout est bien d’aplomb, quand il se cogne la tête, tout le temps quoi…

Pour le moment il ne s’agit que de l’assemblage des caissons et tiroirs. D’avance je me réjouis de l’expression des extases qu’il vivra quand il faudra brancher le four, la table de cuisson, la hotte.

Là, cela deviendra mémorable, à inscrire dans les annales (avec deux « n »… oui !) de notre aventure lilloise.

 

03/07/2014

L'AMI KECHECHIAN

En fait, c’est un faux ami, celui qui s’appelle Kechechian.

Il fait des farces de chignole et de mandrin à Jipi, qui n’apprécie pas fort.

Moi non plus, car tout à coup le courant c’est coupé et j’ai vécu sur la batterie du pc sans m’en apercevoir.

Résultat : en pleine action, l’écran est devenu d’un noir de jais, le voyant d’un rouge grenade et moi d’un bleu pâle verdâtre : dépitée.

Tout cela est passager : heureusement.

Jipi m’a annoncé qu’il aura faim pour le repas du soir et que le courant serait alors rétabli pour me permettre de fristouiller  l’une ou l’autre petite délicatesse pour le souper… Hein que la vie est belle ?

02/07/2014

Voilà, voilà ...

Comme très souvent c’est le mercredi soir que nous partons vers Lille. Aujourd’hui il n’y a pas exception.

Vous connaissez tous les obligations lors d’un départ  pour quelques jours ou pour plusieurs semaines : il faut que la demeure soit propre au retour . Pas de vaisselle sale, pas de bannette remplie de linge à laver, pas de manne pleine à repasser,  etc…

Ici donc, c’est deux fois par semaine que ce rituel se passe : l’appart de Bruxelles doit être impeccable pour notre retour et de même, quand nous quittons Lille pour Bruxelles, là-bas aussi, tout doit être en ordre pour notre prochaine arrivée.

Et à propos de rituel, dans chaque couple, dans chaque ménage,  il y a des expressions spécifiques que personne d’autre ne comprend.

Je vous dévoile quelques-uns des nôtres :

les chiens de berger, les donations, la caserne, l’armée parle, les bulles du pape, merci petit Jésus, espion, etc…

Je ne vous demande pas de deviner, mais pensez à votre propre vie : n’y a-t-il pas là un  tas de « jeux privés » qui n’appartiennent qu’à vous ?

01/07/2014

RECTUM...

Jipi sait parler aux femmes. En particulier à celles qui auraient pu avoir des problèmes de transit intestinal. Ce n’est pas vraiment mon cas, mais quand il m’annonce les emm…  à venir pour la construction de la cuisine à Lille en me disant : _ « On » est mal là !

Recta !

Mais non, c’est « rectum » qu’il faut dire…

Voyez-vous où je veux en venir ?

Merci de votre compréhension…

 

30/06/2014

Fairy Day !

J’avais mal compris : le nom de ma nouvelle petite aide-ménagère est Féridé, et non pas Félidé.

Autant dire qu’elle s’appelle Fairy Day : jour de la fée.

Elle est très bien : aussi bien que Cristina, pour autant que je puisse en juger par le travail accompli.

 

 

 

Suis comblée.  

 

Oh Lipanda, cha cha !

Il y a 54 ans, le Congo belge acquit son indépendance, pour devenir la République Démocratique du Congo, le 30 juin 1960. Son premier président fut Joseph Kasavubu,Kasavubu démis 3 ans plus tard par l’ex-sergent Mobutu, très rapidement devenu maréchal, qui briguait le poste et trouvait cette tenue-là plus seyante.

 

En 1960 les Congolais en liesse dansaient et chantaient :

Oh Lipanda*, cha-cha, tozuwi ye! 
Oh Kimpwanza, cha-cha, …

 

Depuis, ce beau et grand pays riche continue de manière exemplaire son développement économique et culturel ; les gens toujours souriants et aimables y vivent dans l’opulence. cannibales008
De ce fait il attire un nombre toujours croissant de touristes (forces armées de l’ONU, exploitants de mines de Chine, négociateurs de petites rallonges financières de Belgique et d’ailleurs) qui découvrent avec émerveillement la paix et l’ambiance paradisiaque qui y règnent. Beaucoup de gens y sont restés définitivement, même si ce n’était pas leur priorité absolue. Mais qui pourrait résister à une demeure souterraine recouverte de 6 pieds de terre à forte teneur en cuivre, or ou diamants ? C’est un luxe inouï et inespéré pour passer l’éternité.  Le Congo est un exemple non seulement pour l’Afrique mais pour le monde entier.

Renseignements pour tickets à prix très démocratiques pour séjours mouvementés avec ou sans safari surprise, sur simple demande…

 

 

* Lipanda = indépendance.

28/06/2014

CHACUN TISSE SA TOILE A SA FACON;

IMG_0667.JPGIl était normal qu’en recevant tous ces colis pour la construction de la cuisine, Jipi avait envie de fabriquer un premier meuble. C’est pourquoi nous sommes restés à Lille aujourd’hui.  

Heureux comme Ulysse, après un long voyage dans la peinture du plafond et des murs (ce qui n’est pas sa vraie marotte), je ne l’ai pratiquement plus entendu aujourd’hui. Il était comme le gamin qui venait de recevoir sa boîte géante de « lego ». IMG_0676.JPG

Chaque colis était accompagné d’une sorte de BD …

N’est-ce pas rassurant et amusant ?

Malgré cela, il arrive parfois qu’on se trompe et tente un assemblage au pifomètre.

Je me dis en moi-même et tout haut (je suis au moins bilingue saviez-vous ?) que Jipi en a pour de longues semaines à s’amuser : c’est bien.

Sinon, dites-moi : que ferai-je d’un petit vieux qui s’ennuie ?

 

27/06/2014

LA CUISINE EST LA...

ADMIREZ DONC ...

IMG_0670.JPG

IMG_0673.JPG

IMG_0671.JPG

IMG_0672.JPG

26/06/2014

QUASI CAUCHEMAR

Il y a deux ou trois nuits d’ici j’ai fait un rêve qui aurait pu tourner en cauchemar. En général, mes rêves sont plutôt du genre amusant, mais là pas vraiment.

bete.jpgDonc, il se trouvait quelque chose de gélatineux par terre, de couleur kaki, et du volume d’un ballon d’enfant. C’était quoi ? Je n’en savais rien et je prenais donc une brosse pour balayer cette chose dehors.  Mais elle bougeait ! Vivante donc ?

Cela ne me plaisait pas du tout et comme par hasard j’avais une pelle,, je donnais quelques coups bien placés dans la masse. Evidemment : mon bon cœur réagit toujours avec une extrême compassion dans un cas pareil.

Les morceaux bougeaient toujours et tentaient de se rejoindre, mais j’avais réussi à mettre cette chose affriolante dehors, dans la rue.

Dans le rêve tout est possible, n’est-ce pas ? Que vois-je passer sous l’interstice de la porte ? Un chien noir, tout hérissé de poils et très maigre : il était terrorisé.

Ah mais non ! Avec la brosse je le fais repasser sous la porte et… gnap !

La chose dehors s’était reformée, avait avalé le chien noir et la brosse : il ne me restait plus que le manche en main. A quoi elle ressemblait  la chose? Une grosse bête kaki avec des yeux verts.

Cela commençait vraiment à bien faire et je me suis réveillée.

25/06/2014

OMBRES CHINOISES...

SUR LA PAROI LATERALE DU FRIGO CE MATIN

 

IMG_0666.JPG

POUVEZ-VOUS IDENTIFIER LES CHOSES ?

24/06/2014

CELA PROMET !

La remplaçante de Cristina est annoncée pour lundi prochain.

Elle s'appelle : Félidé !!!

 

Chatte ???

Sont-ils sourds ?

Dans le château du Karreveld l’animation bat son plein depuis lundi. Comme chaque année en cette période avant les grandes vacances dans les écoles, les élèves de la dernière année primaire sont à la fête : musique, rythmes, sketches et d’autres activités culturelles.

Hélas ! Je pense que les enfants de 11 et de 12 ans de notre commune sont sourds. Sinon, pourquoi y aurait-il des haut-parleurs en nombre pour que ça résonne jusque dans les appartements ?  Pof’gosses !

Toute la toiture du château a été refaite à l’ancienne : cela a duré des mois et des mois. Vu de chez moi, ce toit à l’air achevé.

 

IMG_0664.JPG

 

Pourtant :

IMG_0662.JPGIMG_0663.JPG

Ils font quoi, à votre avis ?

 

23/06/2014

du meuh long

que c'est bon en cette saison !

melon.jpg