27/07/2015

J'AVAIS ENCORE FAIT UN REVE BIZARRE.

Visite sur le bateau.

            Enfin samedi, jour de visite! Il me tarde de revoir mon fils aîné qui accomplit son service militaire dans la marine. Il est consigné à bord, comme toutes les autres recrues et je suis invitée à venir le voir dans ses activités. Le bateau est amarré sur le canal de Charleroi à Bruxelles, près du quai aux Briques. Il prend toute la largeur du canal et je me demande déjà comment il pourra passer le chenal en aval, plus étroit. Mais c'est leur problème, pas le mien. 

bateau_alu_1.jpgIl est tout en aluminium anodisé cet immense bateau, d'une propreté impeccable. Les rambardes sont peintes en rouge. C'est bizarre pour un bateau militaire. Où est mon fils? Il y a tant et tant de monde en visite aujourd'hui. Dans cette foule, comment retrouver mon gamin?

 Le prix d'entrée.

- Ticket madame?

Je n'ai pas de ticket. Voilà la meilleure. Quel ticket? Pour faire quoi? Sylvie P., que je connais vaguement,  m'apostrophe de sa voix glapissante:

- Tu n'as de nouveau pas de ticket? Pas d'argent non plus pour en acheter un?

Elle m'énerve avec ses grands airs et cette façon de me tutoyer devant tout le monde. Ce n'est pas parce que son mari occupe une place en vue dans le village qu'elle doit me traiter avec cette condescendance grotesque.

- Voici. Ceci va t' aider.

Elle me fourre quelque chose dans la main. J'accepte le flacon déjà aux trois quarts vide: il a contenu un parfum. Je dévisse le bouchon. Franchement, ça pue la pauvreté. Je lui en veux de m'avoir donné ce flacon à la façon d'une aumone. Je lui en veux de se parfumer avec cette saloperie. Je la croyais plus riche que cela, à cause de son allure générale et de ses vêtements extravagants. De toute façon, le garde veut un ticket, pas le flacon. Tant pis. Puis, il en décide autrement, il ne veut plus de ticket d'entrée, il veut que la foule passe au galop. Comme les autres gens je poursuis le chemin au pas de course. A la première bifurcation le flot humain s'arrête, chacun flâne à sa façon. Des parents ont retrouvé leur fils, moi je ne vois toujours pas le mien.

L'aumone au mendiant.

            Là, par terre, un gobelet dans la main tendue, un misérable clochard marmonne des mots incompréhensibles, destinés seulement à meubler sa solitude. Je lui donne le flacon: l'odeur du parfum des pauvres lui ira comme un gant. Satisfaite de ma générosité j'ai envie de chanter. Il y a de ces jours bénis où il est si facile de faire du bien à quelqu'un de plus pauvre que soi et de bercer sa conscience!

Canular.

            Que suis-je venu faire sur ce bateau? Je n'y ai rien perdu tout compte fait! Mon fils a été exempt du service militaire puisqu'il est myope comme une taupe: même avec ses lunettes aux verres  épais comme des boites de conserve il n'y voit que dalle. Je ris de soulagement. Qui a pu me faire croire qu'il faisait son service militaire sur ce bateau? Qui? Je me le demande bien. C'est bien moi, tout cela. Toujours crédule et prête à foncer.

Commentaires

Oh là là Godelieve, tu nous a embarqué loin ce matin, et je me suis laissée embarqué comme pas deux ! Mdr !Beau lundi à vous deux et gros bisous ♥

Écrit par : Chadou | 27/07/2015

Répondre à ce commentaire

Souvent, l'issue d'un rêve fatiguant est une mauvaise nouvelle qui nous soulage...
Moi, ça ne me fait pas rire.

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 27/07/2015

Répondre à ce commentaire

Si je devais croire aux messages des rêves... je serais encore à me casser le quinquet. Je rêve très souvent, des rêves vivaces et dont je me souviens bien des années plus tard. Je ne les considère que comme la réorganisation loufoque de mon vécu... Apparemment, pas toi ?

Écrit par : godelieve | 27/07/2015

J'ai déjà été soulagée par des horreurs et ça me poursuis toujours...

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 27/07/2015

ou plutôt, ça me poursuit ...
Désolée.

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 27/07/2015

Bonjour,
Ah les rêves ! Ils nous en font voir de toutes les couleurs.
Il ne faut surtout pas essayer de les interpréter mais plutôt les prendre pour une distraction de notre cerveau. Après tout, lui aussi a le droit de rigoler.
Bonne journée.
Bisous

Écrit par : Rafaël | 27/07/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.