08/01/2016

Avec l'élastique de la culotte

C'était en 1963 par là...

Le  crochet qui tient la tige de l’accélérateur de la Dauphine s’était cassé. C'était la pénurie dans les garages : plus  aucune pièce de rechange. Alors je me suis provisoirement dépannée avec deux trombones de bureau. Cependant, lors d’une sortie avec des amis et les enfants et comme j’étais garée sur un bord de route fort sableux, la traction a été trop forte et les trombones ont lâché.

Quelqu’un avait-il un bout de ficelle, un bout de ruban, n’importe quoi ?

Personne. Alors j’ai appliqué l’article 15 : j’ai baissé la culotte pour récupérer l’élastique amovible et faire un dépannage de fortune. Je me demandais si l’élastique allait tenir avec un moteur chaud…

Il a tenu jusque en ville, où il a fallu répéter l’opération avec un bout d’élastique gardé en réserve. Cela ne pouvait continuer ainsi, j’ai mis la voiture au garage et le lendemain avec les références que le garagiste m’avait données, j’ai pris le bac pour traverser le fleuve et tâcher de trouver la pièce à Brazzaville.

Entre Léopoldville et Brazzaville le fleuve est large de 5 km. La traversée dure environ 20 minutes avec le bac, s’il ne tombe pas en panne. Je suis arrivée là-bas sans encombre, mais une fois sur place j’ai dû faire à pied tous les garages les uns après les autres, avant de trouver ce qu’il me fallait : une tige complète pour l’accélérateur. Cette pièce mesurait un peu plus de 50 cm de long et il n’était pas question de débarquer à Léopoldville avec cette pièce de rechange au vu et au su de tout le monde : je me serais fait racketter.

Dans les toilettes du bateau j’ai donc entrepris de fixer cette tige à un bout de ficelle porté à la taille  sous la jupe ample. En faisant un peu attention et en marchant avec plus de grâce que d’habitude j’ai pu passer devant les yeux avides des officiels et officieux sans qu’ils ne remarquent quoi que ce soit d’anormal. S’ils avaient su que je  faisais du marché noir et de la fraude » cela m’aurait coûté un os.

Commentaires

Bonjour,
Mort de rire !
Nous, les Belges, sommes reconnus mondialement pour notre pragmatisme.
Bisous et merci pour ta remarque sur mon blog ; c'est corrigé.

Écrit par : Rafaël | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

superbe histoire de débrouillardise :-)

Écrit par : Adrienne | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

J'espère que vous portez toujours des jupes amples.

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Depuis longtemps je porte la culotte...
Partout et en tout temps
elle me couvre amplement !l

Écrit par : godelieve | 08/01/2016

:D :D n'empêche, le string c'est moins pratique !

Écrit par : julie | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

Ah les petits trucs qui change tout....
Bonne soirée

Écrit par : Fanchon | 08/01/2016

Répondre à ce commentaire

il ne manque plus qu'H-IL pour illustrer tout ça !je te vois bien en bande dessinée baisser ta culotte pour en extirper l'élastique et planquer cette tige sous tes jupons !

Écrit par : Maïanthème* | 09/01/2016

Répondre à ce commentaire

Mais tu es tire que Mac gyver à ce que je vois tu en a dans la tête des idées
Gros bisous à vous 2

Écrit par : nicole | 09/01/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.