22/03/2016

MIRAGES ET CHIMERES (3)

Newark Advocate [Ohio] le 6 Juillet, 1895 VILLE DE LA TRADITION ETRANGE DU MIRAGE.

Chaque année quelqu'un ravive la légende de la ville silencieuse, considérée comme un mirage sur le glacier Muir, en Alaska, à 150 miles au-dessus Juneau.

Le mirage est comme une photogravure de la ville, le mirage a été photographié et tout et a été publié il y a quelques années. Au moins une demi-douzaine d'hommes blancs attestent avoir vu la ville, tandis que les indigènes de cette côte de l'Alaska vénèrent la tradition de son existence.

Le mirage est généralement visible en juillet. D’après les témoins c’est la vue d’une ville fortifiée; les maisons sont crénelées et les cheminées surmontées de pots de cheminée. Dans les murs il y a un grand monument surmonté d’une figure sculptée d'un Indien en pleine tenue d’apparat avec coiffe en plumes. A la longue vue on aperçoit des habitants, surtout des hommes en culotte et en veste. Le seul animal visible était une créature ressemblant à un âne avec un corps plus grand qu'un cheval. Le mirage parait vers 11h30 sous forme de brouillard. A midi, la ville se voit aussi clairement que New York à partir des hauteurs Jersey.

Que ce soit une vraie ville, c’est certain du fait qu'il y a eu trois photographies prises du mirage : une qui montre une tour en construction au milieu des maisons et une version ultérieure de la même tour terminée.

0n pense que c’est le mirage d'une ville au pôle nord sur le bord de la mer polaire. Lorsque le soleil est à son point le plus haut a nord, comme c’est le cas le 21 Juin, le mirage de la métropole de l'Arctique se reflète au point où il apparaît sur le glacier Muir.

La légende des Chilcats de l'Alaska soutient cette théorie. Ils disent que il y a plusieurs siècles, quand l'Alaska était un pays chaud et densément peuplé, il est venu du nord à travers la barrière de glace un peuple sauvage entièrement armé qui dévasta la région et passa ses habitants par l'épée. On pense que ces guerriers sauvages, ancêtres des Indiens d'Amérique, ont laissé derrière eux une région chaude autour du pôle, où le reste de leur peuple a continué à se développer et a construit la métropole qu’on voit le jour de la Saint-Jean dans ce mirage au-dessus du glacier Muir.

Les images censées avoir été faites à partir de négatifs photographiques du mirage, représentent une ville moderne ordinaire sans murs ou créneaux, mais avec de spacieuses maisons surmontées de grandes cheminées qui alternent avec des arbres. (merci à Jerome Clark pour l’article original du journal)

 

Les commentaires sont fermés.