31/05/2016

RECETTE EXOTIQUE

tabouret-de-bar-en-forme-de-capsule-de-bouteille-940051870_L.jpgLe taboulé tout préparé comme on le trouve dans le commerce a un goût trop passe-partout. Il ne me plaît pas trop. Il faut l’améliorer.

C’est tout trouvé ; j’y ajoute un bon poisson, du bar par exemple.

Il se décline le plus souvent en bar-fumé goûtu, en bar-carole romantique ou encore en bar-i-thon enchanteur.

J’en fais un taboulé de bar dont tout le monde raffole.

29/05/2016

PARATONNERRE PERSONNEL

paratonnerre.jpgSuite aux foudroiements en France, en Allemagne et en Pologne, nous venons d’inventer le paratonnerre personnel. Les personnes, grandes ou petites ne devraient plus sortir par temps orageux sans le porter.

Le casque à pointe (pour attirer la foudre) dispose de 4 prolongations (masses vers la terre). Pardonnez la qualité du dessin : nous avons dû travailler dans l’urgence.

Ce dispositif portera le nom de « défoudrateur » (ne pas confondre avec des foutre à terre) !!!

28/05/2016

TOUTE UNE BANDE !

Croyez-vous que plus on est des fous dans une fratrie, mieux on s’aime ?

Que nenni.

Il y a deux catégories de fratries : celle où l’on s’adore, celle qui laisse indifférente.

Qu’on soit plusieurs, ou deux seulement n’y change rien.

Avouerai-je que je me classe dans la seconde catégorie ? Oui.

Gérer 8 frères et 2 sœurs n’est pas évident. Dans le groupe il y en a qu’on aime assez bien, et d’autres qu’on déteste carrément.

D’ailleurs mes parents donnaient l’exemple : ils ne nous aimaient pas tous de la même manière : ils avaient leurs favoris et puis les autres. Il y avait peu de favoris et beaucoup d’autres dans notre cas.

Pour ma part, née hors mariage avec des circonstances atténuantes à ce grand pécher, je me suis toujours trouvée dans le dessous du semainier : le tiroir du bas qu’on ouvre rarement, mais si on l’ouvre c’est avec quelque rudesse. De cette façon, les « encombrants » sont rejetés hors du tiroir et ils restent sur le carreau.

Figurez-vous que je ne m’en plains pas : il se fait que ma place était là, seule, sur le carreau et que je me suis construite comme ça.

Dans ma fratrie d’autres ont été rejetés de même. Il y en a qui en souffrent toujours, certains ont réussi à se faire par leurs propres moyens.

Aujourd’hui ? Mais je n’ai aucune envie d’être la mère des frères et soeurs qui me restent !

Ils n’ont toujours pas compris et voudraient que je partage leurs détresses.

Les voici en 1988 : fratrie, conjoints et enfants… et même pas tous !

6900_031.JPG

27/05/2016

VIDANGE

Pour jouir d'une bonne santé, tout le monde sait, qu'une belle vidange est essentielle.

Ce que vous ignoriez peut-être, c'est que Michael, Raphael et Gabriel avaient réalisé une très belle vie d'ange.

Suivons leur exemple !

26/05/2016

RENONCIATION

Suis en train de manquer d’entrain !

Aujourd’hui j’ai tenté de faire la liste des choses auxquelles je dois maintenant renoncer : c’est fou à quoi on doit renoncer en prenant de l’âge.

Donc, je dois faire une grosse x sur :

-          Piquer un sprint de 100 mètres pour attraper le tram que je vois arriver là-bas.

-          Sauter à la double corde comme si j’avais 10 ans.

-          Faire un aller-retour en piscine olympique en nageant sous l’eau et sans prendre de l’air.

-          Forniquer 4 ou 5 fois dans une nuit d’amour (maintenant, même une seule fois, vous savez ?)

-          Bêcher un beau carré de terre pour y planter mes tomates. (ça me gêne moins : je n’ai plus de terre)

-          Recevoir une vingtaine de personnes et assurer un repas de 5 services au moins.

-          Jouer du piano en public pour entraîner mon petit monde.

-          Travailler au dehors pendant 8 heures par jour et assurer l’éducation de 4 enfants tout en m’occupant du jardin, du ménage, du papier peint, des deux chats et des deux chiens, sans oublier le hérisson…

-          Faire de l’œil à de beaux hommes jeunes, pour savoir si je suis capable de les séduire.

-          Aller au Japon pour voir de mes yeux un vrai jardin japonais.

-          Faire un saut à l’élastique ou au parachute (mon cœur ne tiendrait pas)

Et un tas d’autres trucs du genre.

Voyez-vous pourquoi j’ai moins d’entrain ?

25/05/2016

ELLE BUVAIT SON CAFE DANS UNE TASSE

Renée était une chouette collègue de bureau. De temps en temps elle venait me rendre visite le week-end : je suppose qu’elle se ressourçait ainsi, revenant à l‘âge qu’avaient alors mes deux aînés. Cela correspondait à celui qu’elle avait quand sa maman vivait encore. Elle avait ensuite été élevée par le papa veuf : Renée avait alors 14 ans et son petit frère 10.

Un samedi après-midi, elle était chez moi. Je lui proposais un petit nescafé pendant que nous discutions. J’avais mis l’eau à bouillir et comme Renée fumait je lui amenais un cendrier.

Il se fait que j’avais aussi le bocal de café soluble dans l’autre main et une cuiller à café.

Très consciencieusement et pleine de gentillesse, j’ai puisé une bonne cuillerée de poudre de café dans le bocal que j’ai versé gentiment dans le cendrier…

-          Tu sais Godelieve : d’habitude je bois mon café dans une tasse… m’a-t-elle dit.

C’est tout moi ça, avec mes distractions inhérentes.

DODECAPHONIQUE, ATONALE, SERIELLE.

Jipi et moi aimons assez la musique, surtout classique. Certaines œuvres de variété nous plaisent aussi. Nous avons en commun de ne pas goûter du tout la soi-disant « grande » musique moderne. Alors, pendant le déroulement du concours « Reine Elisabeth » nous n’apprécions vraiment pas les œuvres serialisme-dodecaphonique.pngimposées. Certaines autres non plus d’ailleurs : ce sont bien sûr des exécutions (dans le sens premier du terme ?) aux indéniables prouesses techniques mais il nous semble que c’est au détriment de la musicalité. atonal.jpg

Que se passe-t-il dans la tête de ces modernes compositeurs ? Personnellement je ne vois aucun art dans p.ex. un « concerto pour klaxon et porte qui grince »…

Il me manque sans doute un brin de culture, c’est pourquoi je n’apprécie ni les anciens tableaux « sombres » qu’on peut voir chez les antiquaires, Lost-lines_Fotor.jpgni les alignements en peinture ou sculpture n rt moderne. Bref : je suis restée simple et ça ne changera plus.modern.jpg

Il y a une vingtaine d’années je me suis astreinte à écouter une œuvre musicale dodé-catastrophique : j’imaginais qu’en m’habituant aux sons, j’allais y trouver un peu d’émotion.

Hélas : je n’y ai trouvé que du ras-le-bol….

23/05/2016

J'AVAIS PERDU MON OREILLE DROITE...

Là, je me suis sentie toute paire plexe ! En voulant ranger mes très chères zoreilles pour la nuit : je n’en trouvais plus qu’une ; la droite manquait.

Il était certain que l’appareil disparu (25mm x 10mm environ) devait se trouver dans l’appartement. En effet, à 15 heures j’avais vérifié l’état des piles et n’étais plus sortie depuis.

Jipi était au moulin (à Lille) et moi je devais rester au four (ici) pour une question de calorimètres.

Alors a commencé la bête et laborieuse recherche de mon truc perdu. Partout, j’ai regardé, partout ! Même dans le four de la cuisinière, dans les tiroirs et armoires de cuisine, parmi le linge qui séchait sur le tancarville, sous le lit, sous les meubles et les tables, dans la salle de bain. Même que j’ai regardé dans la cuvette du WC : était-ce par-là que mon oreille avait disparu ?

5168020-Black-and-White-Marble-Floor-Stock-Photo-tile.jpgJ’en étais arrivée à tâter méthodiquement les tâches claires du pavement en aggloméré de marbre du corridor. Je n’en avais parcouru qu’une partie et suis allée me coucher.

Ce matin, à la clarté (pâle) du jour, j’ai eu le regard attiré par une petite bosse sur le sol du corridor, au pied de l’étagère qui soutient le téléphone fixe.

Elle était là ! Elle n’attendait que moi !

22/05/2016

LE JOLI MOIS DE MAI...

Il me revient des souvenirs lointains (1948) où le mois de mai était enchanteur. Il faisait doux et toutes les internes de mon pensionnat adoraient les promenades dans le village de Bassevelde. Cette promenade n’était pas entièrement gratuite : à différents endroits il y avait des petites chapelles où nous devions nous arrêter pour un Ave Maria ou un chant pour la Dame. N’empêche que c‘était délicieux.

Puis il y a eu le mois de mai de 1954 : celui du « bloc » pour les examens de fin d’année à mon école normale de Gand. Il faisait déjà très chaud et je m’étais installée avec mes livres sous l’ombrage d’un gros pommier au fond de notre jardin.

Très vite est arrivé le mois de mai de 1956 : celui où je devais passer au Jury Central à Bruxelles, pour avoir le droit d’enseigner en français (au Congo).

En sortant de l’examen oral – qui se passait dans un immeuble de la somptueuse avenue Louise d’alors – un violent orage a éclaté me mouillant jusqu’aux os. Je n’avais pas seulement le T-shirt mouillé, mais tout le reste l’était aussi. Comme, en plus, je venais de recevoir les vaccins requis (fièvre jaune, typhus et choléra) je ne me sentais pas fraîche du tout dans le train qui me ramenait vers Gand.

Enfin, il y eut ce fameux mois de mai de 1975 : le temps étant devenu de plus en plus lourd, je ne me doutais pas de la suite en prenant la voiture pour ramasser mes enfants à la sortie de leur école et mon mari à son lieu de travail.

Un orage de grêle m’a obligé de me garer sur le bas-côté de la chaussée de Ninove-Bruxelles, pendant au moins 20 minutes. On ne voyait plus que le blanc des grêlons pendant tout ce temps et en fondant ils formaient une couche d’eau atteignant les moyeux des roues.

pigeonnier.jpgAu retour à la maison,, en faisant un tout au jardin pour voir les effets de cet orage, j’ai vu au sol, près du « pigeonnier » un nid de merle avec deux petits dedans : ils n’étaient pas encore emplumés.

Alors, j’ai pris une grosse touffe d’herbes au sol et me suis vigoureusement frotté les mains avec, avant de prendre le nid avec les petits, et de le remettre dans l’anfractuosité du mur.

Depuis cet acte de sauvetage, j’ai toujours été accompagnée de 3 ou 4 merles, dès que j’allais dans le jardin. J’aime ce souvenir…

21/05/2016

LIRE LA NOTICE DU MEDOC

Cela fait environ 16 ans que mon toubib essaie de m’empoisonner avec des médocs, soi-disant pour réguler mon hypertension.

A la fin d’une période plus ou moins longue je me plains alors chez lui de symptômes indésirables. Il prend alors la peine de me prescrire un autre poison, plus adapté à mon cas.

Cela s’est à nouveau présenté vendredi matin.

-                                 Tu m’avais promis qu’avec la nouvelle pilule, je tousserai moins. Exact : tu es le meilleur. Tu ne m’avais pas dit que j’allais avoir les chevilles enflées comme des pattes d’éléphant….

Un léger vent d’incertitude flottait dans son cabinet (rassurez-vous : ce vent-là n’avait aucune odeur perceptible)

Le monsieur me tâte les chevilles et peut constater comme moi que ce n’est plus de l’œdème simple, que tout cela ressemble déjà à de la stase.

Il supprime donc une des deux pilules prescrites précédemment et augmente la teneur de la seconde pilule.

Vous êtes certainement comme moi : je veux savoir à quelle sauce il tente de me manger …

Sans loupe je suis parvenue à lire les tous petits caractères de la notice qui accompagne le médoc.

Ne prenez pas ce médicament si vous êtes allergique :

au losartan, à l’hydrochlorothiazide, aux sulfamidés, aux diurétiques thiazidiques, au cotrimoxazole etc…

Mis à part « sulfamidés » je ne connaissais aucun autre des jurons proposés. Cela me fait ne belle jambe…

20/05/2016

SUIS PAS CONNECTEE DU TOUT !

Je pense que je vais déprimer bientôt. Suis pas connectée du tout.

N’ai-je pas lu que les femmes utilisaient maintenant des tampons hygiéniques connectés ? Il paraît que c’est pour que leur smartphone les invite à se changer le moment venu. De mon temps je n’ai rien connu de pareil !!! Et vous ?

Mais j’ai d’autres raisons de déprime : je pense que madame pie n’avait pas ses œufs connectés non plus. D’ailleurs, je me demande s’il y a une forme de vie dans ce nid de pie : ce sont peut-être des pies ratées ? L’ambiance n’est pas celle de l’an dernier : aucune fébrilité pour nourrir des petits. Il n’y en a  peut-être un seul…

Et puis : j’avais imaginé que le merle moqueur communiquait avec ses semblables, lui qui, dès avant 5 heures du matin chante son monologue flûté. Au loin, là-bas tout là-bas il y a parfois une réplique. Réplique ? C’est plutôt une fanfaronnade individuelle, comme une sorte de dialogue de sourds ; bien agréable à écouter pour nous hominidés qui n’y comprennent que dalle.

Bref : je déprime, quoi.

Surtout quand je pense que dans un mois, les jours que je n’ai pas vu s’allonger vont déjà décroître…   

  

18/05/2016

SOIREE SPAGHETTI

Nous aurions dû mettre un bavoir...

fertig.gif

SALLE D'ATTENTE

Cela faisait trois mois : donc je devais y aller. Visite médicale sommaire de routine, rien que pour obtenir la prescription du vasodilatateur, du bétabloquant et du fluidifiant sanguin.

attente.jpg

Et bien ! J’ai bien l’air d’avoir mon âge maintenant! La salle d’attente était pleine de monde (j’aurais dû y penser : le docteur m’avait dit que les patents se déplaçaient volontiers quand il fait beau…) Polie j’ai dit bonjour à tout le monde. Là-dessus une dame d’une quarantaine d’années m’a offert sa place assise. Je l’ai prise. Un kilomètre à pied ça use les souliers, et pas qu’eux.

Il y avait plus loin un gamin d’une dizaine d’années en pleine santé qui aurait pu en faire autant : sa maman n’y a même pas pensé. Elle aurait dû, cette Polonaise.

La vieille Russe, accompagnée de sa fille de la même nationalité, était la seule à alimenter une conversation privée : je n’ai rien compris que le « da » quand elle était d’accord.

D’habitude mon docteur consacre à peu près un quart d’heure à chaque patient : là il a fait du zèle. Au bout d’une demi-heure il n’avait pas encore fini d’examiner la petite dame en mini-jupe et au gros ventre. Lui a-t-il trouvé un amas de bactéries inconnues et a-t-il dû investiguer jusqu’aux tréfonds ?

Bref : au bout d’une heure, et vu que deux des patients seulement avaient été reçus (il en restait six… et si je dis six c’est pour simplifier, car il y avait une famille de 4 personnes, une autre de trois) j’en avais plein le c.. Mais oui, celui-là, qui s’écrit avec un u.

Je suis donc rentrée en faisant cet autre kilomètre à pied et en arrivant juste à l’heure pour descendre le « sac jaune » : celui du tri papier, qu’on ramasse dès 18 heures.

Une vieille toussait grassement, une gamine avait la toux sèche, un jeune garçon tournait de l’œil à cause d’une fièvre, la Russe pétait à tout embaumer de mercaptan. Réjouissant

Je me demande si, en allant là-bas, je n’ai pas fait le plein de microbes qui mettront mon immunité à contribution.

Je retournerai voir ce toubib vendredi matin…

17/05/2016

JE L'ADORE !

Je l'ai depuis plus de 40 ans. Elle m'a rendu des services inoubliables. Et en plus : JE LA TROUVE TRES BELLE.

DSCN0106.JPG

Alors? Ce matin j'ai joué au tique taque toc : repassage ou couture ?

Devinez !!!

PENTECOTE.

Nous venons de passer des jours d’une hallucinante réalité. Il y a d’abord eu le W.E. de l’Ascension (et de la descente aux enfers ?) couplé à la fête des mères et des belles-mères en Belgique.

Nous étions invités chez ma fille ce soir-là : repas excellent mais trop copieux pour les petits vieux que nous sommes aujourd’hui…. Trop de matières grasses (crème fraîche) et de sucres … Résultat : chiasse en couple et malaise général pendant deux ou trois jours pour Jipi et pour moi.

Pentecote.jpgHier donc, Pentecôte. Jipi aurait voulu en manger une : je n’en ai pas trouvée dans le commerce local. D’ailleurs je n’ai aucune recette valable pour ce genre de côte. .

Comme notre famille est étendue, j’ai eu le plaisir de recevoir la moitié de la mienne hier.

Bonne fête maman !

(mes aides auditives ont très bien géré le groupe de 10).

Quel plaisir d’ à nouveau pouvoir comprendre tout le monde ! Même les plus petits avec leurs petites voix pointues.

-       Viens voir, maminou, là-bas : elles sont méchantes ! relax.jpg

caftait Enoa, 2 ans et 4 mois, en m’entraînant dans le bureau où se trouvaient les grandes cousines de 14 et 17 ans qui s’amusaient avec le gadget chinois de massage crânien. Objet dangereux aux yeux de la petite.

Tilio était intéressé par les objets spéciaux : les « matriochka » en bois, et puis le « napoléon » qu’il faut éclairer pendant une minute pour ensuite le regarder dans le noir de la salle de bains : toutes ses décorations et son visage sont alors illuminés en blanc, rouge, vert et bleu : vrai enchantement pour un gamin de 6 ans.

Il régnait ici une ambiance folle grâce à l’énergie déployée par Lucie…

AMBIANCE.jpg

   

 

13/05/2016

TENDANCE

A l'instar d'Airbus qui vient d'équiper son A380 de pneus carrés (c'est vraiment tout récent, depuis le 5 de ce mois) Jipi pense relooker sa Pijot : il veut aussi des pneus carrés. Cela donne une meilleure stabilité aux véhicules roulants... Il pense déjà à nos futures vacances.

pneucarré.jpg

 

10/05/2016

INVESTIR DURABLEMENT...

Croulez-vous, comme moi, sous le poids de vos intérêts d’épargne ?

Il est évident que nous devons dès cet instant penser à investir dans un truc durable, lucratif et intéressant.

Bon. C’était pendant ma petite heure de repassage de linge : à ce moment-là j’ai toujours des idées créatives. Pas vous ?

Dans quoi allais-je investir pour être certaine de n’avoir pas à ouvrir un nouveau compte en banque avec les frais de « tenue de compte » qui sont déjà une forme d’intérêts négatifs ?

Dans les POMPES FUNEBRES ! Tous ceux qui vivent aujourd’hui auront un jour besoin de ce genre de services n’est-ce pas ?

l-n-cercueil-2.jpg

 

Ma préférence va aux firmes qui pensent à réunir les familles : un cercueil pour deux aimants, un cercueil pour la famille entière.

 

J’espère que je trouverai et que ce sera vraiment rentable comme investissement !

 

 

 

08/05/2016

LA VACHE !

Il y a très longtemps, le Jipi avait passé quelques jours de vacances en Italie. La route pour y aller se passa bien, celle du retour fut bien plus mouvementée.

A Milan par exemple, une camionnette qui suivait sa voiture a raccourci pas mal l’arrière de la bagnole de Jipi. Il y eut constat en bonne et de règle parce que le Jipi, sur les conseils de papa, avait contracté une assurance tous risques… ( à ne pas confondre avec le personnage Assurance Tourix des BD ASTERIX.

vache.jpgC’est en arrivant dans le Haut-Doubs qu’un autre accident avait lieu : la vache avait été distraite et n’avait pas vu la voiture de Jipi. Surprise elle avait trébuché et s’était couchée sur le capot avant : ce capot avait été raccourci dans le sens de l’épaisseur. Un vétérinaire mandé sur place a constaté que la vache n’était pas blessée et n’avait aucune fracture. Elle n’a donc pas dû être abattue.

Sur le constat d’accident on pouvait lire :

-         Véhicule adverse : vache laitière

-         Marque : Montbéliarde.

07/05/2016

MOLENBEEK : QUE DES GENIES

De toutes les entités communales de Bruxelles, Molenbeek est la plus géniale ! D’après les statistiques, Molenbeek héberge des personnes de 110 nationalités différentes.

pisse.jpgOr, ces gens-là sont au minimum bilingues. Les vrais autochtones comme tous les autres. En plus du français certains parlent couramment leur patois original : bruxellois, marocain, chinois, algérien, japonais, bulgare, yougoslave, russe etc. input.jpg

 

 

 

Et ne prétend-on pas que les bilingues développent mieux leur intelligence ?

Donc : à Molenbeek il n’y a que des génies… dont je suis, évidemment.

06/05/2016

SATELLITES ARTIFICIELS

POUR UN PEU CHANGER : EXTRAIT DE MA CHRONOLOGIE DES OVNIS ET DES ARTEFACTS HUMAINS.

         1978, 24 janvier

         URSS-ESPACE-DANGER

COSMOS 952, LANCE LE 16 SEPTEMBRE 1977, AVAIT ETE TRANSFERE A ALTITUDE HAUTE LE 8 OCTOBRE. LE 11 OCTOBRE 1977 DES CRAINTES COMMENCERENT A SE MANIFESTER : COSMOS 954 AURAIT DONC DU LOGIQUEMENT EN FAIRE AUTANT.

LE 17 DECEMBRE L'INQUIETUDE COMMENCE A SE FAIRE VRAIMENT JOUR. ( ...) L'USA PREND CONTACT AVEC L'URSS, PARALLELEMENT LES CHEFS D'ETAT FRANCAIS, ANGLAIS, ITALIEN, JAPONAIS ET CANADIEN SONT PREVENUS DU DANGER. CAR, SOUS UNE INCLINAISON ORBITALE DE 5° LE SATELLITE INDESIRABLE SURVOLE TOUS LES PAYS DU MONDE. SEULS SONT EPARGNES L'EXTRÊME NORD DE LA SCANDINAVIE, LA FRANGE SEPTENTRIONALE DE LA SIBERIE, DU CANADA ET DE L'ALASKA ET L'ANTARCTIQUE, DES REGIONS QUASIMENT DEPEUPLEES. (...)

ON NE SAIT POURTANT PAS ENCORE OU VA TOMBER COSMOS 954,

ENTRE-TEMPS IL ACCOMPLIT 16 TOURS DE LA TERRE PAR JOUR. (...) LE 19 JANVIER 1978 L'AMBASSADEUR D'URSS FAIT SAVOIR AUX AUTORITES AMERICAINES QU'IL N'Y A AUCUN RISQUE D'EXPLOSION NUCLEAIRE, POURTANT LA NOUVELLE N'EST TOUJOURS PAS ANNONCEE PUBLIQUEMENT. LE QUARTIER GENERAL DU NORAD INFORME WASHINGTRON LE 19 QUE LA CHUTE AURA BIEN LIEU LE 24 JANVIER 1978.

CE JOUR LA, AU PETIT MATIN, HEURE DE LA COTE EST DES USA, (...) COSMOS 954 PENETRA DANS L'ATMOSPHERE VERS 7 HEURES, CE QUI PLACE LE POINT D'IMPACT SUR LE CANADA!

IMMEDIATEMENT LES SIX GROS PORTEURS C 141 DE L'EQUIPE D'INTERVENTION NUCLEAIRE DU "NEST" PRENNENT L'AIR DEPUIS L'AEROPORT INTERNATIONAL DE MC CARREN, ET DEPUIS LES BASES AERIENNES AMERICAINES D'ANDREWS ET DE TRAVIS. DES AVIONS DES FORCES ARMEES CANADIENNES, BASEES A EDMONTON, DECOLLENT EGALEMENT, POUR SE JOINDRE A L'EQUIPE DE RECHERCHE.

LE DERNIER QUART D'HEURE DE COSMOS 954, SA PENETRATION DANS LES COUCHES DENSES DE L'ATMOSPHERE, VERS 120 KM D'ALTITUDE, COMMENCE AU-DESSUS DU PACIFIQUE, PRESQUE A LA VERTICALE DES ILES HAWAI.

PUIS, TRANSFORME EN BOULE DE FEU, LE SATELLITE SOVIETIQUE ABORDE LES COTES DE L'AMERIQUE DU NORD, AU NIVEAU DES ILES DE LA REINE CHARLOTTE, PRESQUE A LA FRONTIERE AMERICANO-CANADIENNE. APRES AVOIR SURVOLE LA COLOMBIE BRITANNIQUE,

LE SATELLITE ET SA DANGEREUSE CHARGE PARCOURENT ENCORE 1700 KM, JUSQU'AU DISTRICT DE MACKENZIE. LES STATIONS DE SURVEILLANCE DU NORAD, QUI ONT PARFAITEMENT SUIVI CETTE DESCENTE, SITUENT LE POINT D'IMPACT DES MORCEAUX QUI AURAIENT RESISTE A L'EPREUVE DU FEU, DANS LA REGION DU GRAND LAC DES ESCLAVES. ON NE SAIT PAS CE QU'EST DEVENU LE REACTEUR NUCLEAIRE. S'EST-IL COMPLETEMENT CONSUME DURANT LA RENTREE OU BIEN A-T-IL ATTEINT LE SOL ? CETTE DERNIERE POSSIBILITE PARAÎT LA PLUS PLAUSIBLE, DANS LA MESURE OU LE NOYAU D'URANIUM ETAIT ENTOURE D'UN EPAIS BLINDAGE, DONT LE POIDS EST EVALUE A UNE DEMI TONNE PAR LES EXPERTS OCCIDENTAUX.

LE SATELLITE A TOUCHE LE SOL CANADIEN A 6 H 53 HEURE D'OTTAWA. (...) DES LE LENDEMAIN, UN AVION U-2 TENTE DE DETECTER VISUELLEMENT DES FRAGMENTS. UN HERCULE CANADIEN LE SUIT AVEC UN EQUIPEMENT DE DETECTION DE LA RADIOACTIVITE. EN VAIN. (...) POURTANT LES HABITANTS DE YELLOWKNIFE ONT VU DANS LA NUIT LA CHUTE D'UNE BOULE ROUGEÂTRE . ELLE VENAIT DU SUD-OUEST SUIVIE D'UNE LONGUE TRAINEE DE FRAGMENTS INCANDESCENTS. (...)   DEBUT FEVRIER 1978, UNE TIGE ARGENTEE DE 25 CENTIMETRES DE LONG SUR 8 DE DIAMETRE FUT TROUVEE PRES DE LA BAIE MC LEOD, EMETTANT LE RAYONNEMENT RECORD DE 500 ROENTGENS. (...) FINALEMENT C'EST TOUT CE QU'ON A RETROUVE DU REACTEUR DE COSMOS 954. ("La Guerre des Satellites" - tome 3 - Pierre Kohler, éd. Famot 1982, p. 101 à 114)

Des 50 kilos d'uranium une grosse partie est supposée avoir brûlé dans l'atmosphère. Au sol on n'a retrouvé des restes que de la grandeur de grains de sel. Le nettoyage de la région à pris de longues semaines. (The Associated Press)

(note de vog : en 1998, la dette de l’URSS envers le Canada, pour les recherches et l’entreposage des restes dangereux, s’élevant à un demi milliard de dollars, n’était toujours pas apurée…)

05/05/2016

LE DRONE

Depuis toujours j’aime regarder le ciel : de jour comme de nuit. Je passe plusieurs fois par jour un long moment sur le balcon qui me permet de voir l’horizon à près de 180°. J’observe les nuages quand il y en a, les oiseaux, les avions et par nuit claires les étoiles.

DRONE.jpgL’autre matin, vers les 7 heures j’en ai vu voler un ! Ce n’était pas une sorte de petit jouet qu’on peut tenir dans la paume de la main, il était bien plus gros ce drone ! J’estime qu’il se trouvait à 200 m d’altitude (comparé à la hauteur de vol des canards ou d’un hélico) et à mon avis il devait mesurer 2m.

Vol rectiligne et assez rapide.

J’imagine que quelqu’un avait commandé son bébé « en ligne » et que le drone remplace maintenant la cigogne qui est en pleine couvaison… Me trompe-je ?

04/05/2016

ASCENSION

ascensionr.jpgAujourd'hui je demande pardon à mes lecteurs francophones. Ce texte n'est même pas en néerlandais mais en franco-flamand. Truculent pour les connaisseurs. Prêche d'un curé francophone dans sa paroisse très flamande à l'occasion de l'Ascension  

DE PREEK VAN DE PASTOOR VAN MANNEKESVERE.

Au nom de Peir, du Fils et de Sainte Spriet.

Beminde kriest, In den bekin was hier niks as ne gruute frikadel. En de Kot kwam kefloog en plak de zon en de mon en de ster aan de firmamaan. Hij skeid de nat van den drook en zek “dat de vis vliek in de lukt en de vogel zwem in de water. En de Kot mokte bookoe de biest in de jardin. Den tiger, de konaan, de slank en de Sponsje fliek. Hij skep de vasj en de poelet. Den oliefaan, de muk en de struise fokel. De Kot zet partoe dik boom, straffen toebak, papaveirs en fleur de camil. En bloem van alle koeleur. En de Kot zak dat het goed was in zijn paradies. De muk bedrijf de lief mee den oliefaan en de rollemops speel skaak mee de wallevis. Den mokte de Kot een menneke van potjeir, struude zaat op zenne stjeit, hé voilà, da was Adaan. En Adaan was zeer gelukt in de paradies. Overdak reed hij mee son trottinet deur de jardin of kink poelink pak. En tis as de Kot dee uit de likt, Adaan sloup baa den tiger. Op zeekre dak Adaan sek tot de Kot: “Kot, tis kij mij iets keef om mee te speel.” En de Kot kaf Adaan ne pitjesbak. En tis Adaan speel de kiele dak avec son pitjes. Mais aa noevoo, tis Adaan kwam zouk en zek: “Kot, tis ik loop ambetant.” De Kot riep: “Adaan, Adaan, tis kij heb alles wat ik heb kemaak. Wat wil kij nok meer?” Et Adaan zek: “Kelkuin om mee mij te speel avec mon pitjes daan le bac!” Den kaf de Kot Adaan een aspirieneke et Adaan sliep. Toen pak de Kot een gruut slaktmes, sneed ne kotelet van Adaan et voilà.... da was Eve. Et Adaan et Eve waar zeer kontent in de paradies. Overdak gink Eve speel met de elefaan et Adaan reed mee zijn deusjevau deur de lavéndel. Adaan et Eve mok van de Kot alles pak, mais pas van de boom van de Koet en de Kwaad. Tis in die boom kwam kekroop een vette slank, nen serpaan. En de slank sek tot Adaan “Adaan kom ne keer hier” Et Adaan kwam. Toen sek de slank: “Adaan, pak nen appél en fret hem oep!” Adaan roep: “Neije, anon, mak niet, mak niet!” Moor de slank trok een oogsken nor Eve en zek: “As kij fret oep den appél, tis kij ook kun maak paradies. En pap de smoel en skoen lingerie.” Beminde Kriest, Eve pluk nen appél van de boom, fret hem op en gaf de flokhuis aan Adaan. Op dezelf momaan, de Kot skiet in een franse koleir: “t is wat kij heb kedaan ? Allez, verruit, akteruit, wek, wek!” Den Evé begost te bleit, Mais de Kot bries: “Tis kij in den avenier zul eet de distél en de pisbloem. Kij zul kruip op den buik en werk! In zweet van uw aanskijn.” Et Adaan et Eve kroop wek in ben boskosj en zokt een kroot blad poer bedek leur partie de skaam. As Adaan et Eve kink sloup, tis Adaan trok toe den draperie. . De konaan kreek skrik van den tiger en de slank fret de Sponsje vliek op. Toen kink Adaan et Eve kinnekes koop in den bazaar. En ze kokt twie jonk. Abel was nen braaf garçon mais Kain was een slekkerig. Asse kink roup skuun patat, Kain pakt nen noot de coco en klopt son freir duut. En uin seul koe ! . En de Kot riep: “’Kain, Kain, t is kij fliek naar de hel! In de feu bij den duvel! Et Abel zal mak doen klimop nor mijn paradies, den hemel!” Mais, beminde Kriest wie wil naar den duvel? Aujourdwie, beminde kriest, tis ik zal vraak aan de Kot: “Kot, zal ik ook mook kom in den hemelparadies?” Mais de Kot zal zek ”paster van Mannekesveer, tis wat heb kij kedaan met mijn skaap?” En ik zal zek: “Kot, heb keen skaap, heb niks dan bok!” En de Kot zal vraak : “Heb kij gesprook met de parokieaans over de boom van de koet en de kwaat?” “Ah oui, oui, naturellemaan! Mais person wil luister, zij rook en drink en loop af al dansink en sloup overdak!” De Kot zal zek tegen mij “pastoor van Mannekesfeer ’t is kij zal mook kom chez moi. . Kij zal alle dak mogen speel met de enkelkes.” En ik zal dan doen klimop naar de hemel. Mais kij, slekte mens van Mannekesfeer, ‘is kij niet zal mook doen klimop. Kij zal roep: “ pastoor, wij wil ook doen klimop!” En ’t kij zal mij pak vast bij mijn broekepiep. Maar ik zal maak los mijn bretel en ’t is kij allemaal zal val in de flam van de hel.  

 

N.B. pour ceux qui le désirent je ferai une traduction franco-française à la demande.

 

TOILETTAGE INTENSIF

Avec une pointe d’envie dans la voix, Jipi m’a fait part de sa « charrette » (conversation improvisée) avec la voisine de palier.

chiot-bain.jpgLe  chien Gaby fête aujourd’hui son dixième anniversaire et Mme Gaby lui offre donc un toilettage de 3 heures, avec mousse et tout ! J'espère qu'il aime ça.

video-foam-day-ok.jpgC’est noté !

Quand ce sera l’anniversaire de Jipi, je lui offrirai un toilettage…

03/05/2016

LES PLUS BEAUX ???

enfantnépalais_1456141445837.jpgLes plus beaux du monde entier  sont originaires du Népal :

ils  sont 

nés pas laids.

02/05/2016

TOUT BAIGNE ... OU PRESQUE ...

Douceur printanière, chant flûté du merle dès potron-minet, soleil plein les yeux, que vouloir de plus ?

Pas grand-chose, car le bonheur est déjà presque parfait. 

Sauf que : l'électronique me fait la gueule. Le logiciel "word" déconne que ce n'est pas possible, d'autres logiciels aussi. Tant pis : je ferai avec en contournant les difficultés. Mais c'est aberrant car tout cela m'a quand même coûté de l'argent. Tout se passe comme si Microsoft avait des regrets de la vente de ses produits et voudrait me faire payer maintenant une sorte de maintenance. Je peux me tromper mais... 

Bref : il y avait un soleiil généreux aujourd'hui. DSCN0080[1].jpgMes géraniums increvables - qui ont continué à fleurir tout l'hiver - sont en pleine forme : une douzaine de DSCN0081[1].jpgfleurs et plus de 30 boutons qui ne demandent qu'un peu de chaleur.DSCN0083[1].jpg Les campanules aussi se comportent comme si elles n'étaient pas annuelles. Mais l'étaient-elles ?

Depuis que j'ai des oreilles d'appoint, la vie est belle : j'entend des voix ! Il n'y a que Jipi qui en entend moins : il paraît que je parle de plus en plus bas. Mince alors : est-ce que je CRIAIS déjà il y a quelque temps ?

01/05/2016

PREMONITION DE VRAI PRINTEMPS ?

A notre gauche, dans le jardinet des Vietnamiens, on constate que ces gens-là espèrent.

BALCON2.jpg

Au rez-de chaussée de notre immeuble, les Polonais fêtent le premier mai avec un barbecue BALCON1.jpgsous parasol : il n'y a pas de soleil sur leur terrasse à cette heure de la journée, le parasol contribue à diminuer l'effet du vent du nord, malgré que le thermomètre affiche 15°

Et chez nous ? BALCON5.jpgUn jour, on verra, ce muguet fleurira !

JOUR DE FETE : DU TRAVAIL ET DU MUGUET.

chat-20Geluck.jpg

travail.png

humour12.jpg