06/11/2016

HISTOIRE DE MOUTONS...

Il n’y avait que 15 jours que je travaillais dans la firme, quand un entrepreneur au téléphone me demandait :

-         Madame, avez-vous des chèvres ? chevre-.jpg

Je l’ignorais et répondais :

-         Nous avons des moutons, c’est sûr, pour les chèvres je dois poser la question. Un instant svp.

Il n’y avait pas de chèvres dans l’entreprise.

mouton sonnette.jpgJustement, à propos de moutons, nous en vendions. Il était de coutume que nous envoyions un transporteur spécialisé à l’usine en Allemagne pour prendre livraison de l’énorme bête et pour la livrer à notre client en Belgique.

Un jour, le transporteur m’appelle et me dit textuellement :

-         Madame, je suis ici à Esslingen pour charger le mouton. Il est déjà parti. Il a pris le train !

Tuile pour nous : il allait falloir payer le transporteur qui avait fait un voyage pour rien, et la firme d’Esslingen n’allait pas nous faire cadeau du transport ferroviaire.

Petite anecdote au sujet de ces moutons : quand la firme à Bruxelles à cessé les affaires, j’ai hérité d’un panneau de chantier. PANNEAU.pngJ’avais trouvé amusant de le planter parmi les rocailles et les fleurs, dans un bout de jardinet devant notre maison à Gammerages.

Un samedi après-midi, tout le collège échevinal, bourgmestre en tête, se trouvait devant chez nous et sonnait.

-         Votre panneau, me disait le bourgmestre, n’est pas légal : il est en français.

-         Oui, dans mon terrain privé.

-         Les gens peuvent le voir de la rue. Ce n’est pas très gentil pour ceux qui élèvent des moutons…

Je vous épargne la suite, mais j’ai enlevé mon panneau humoristique.

 

Commentaires

C'est bien d'être parfois raisonnable.

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 06/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.