13/01/2017

DEBAPTISER

Au Congo mes deux aînés sont nés à la clinique Ste Elisabeth de Léopoldville dirigée par des bonnes sœurs catholiques. Pour des raisons qui leur sont propres, elles ne laissaient partir les jeunes mamans de la maternité que si les enfants étaient baptisés. Impossible d’y échapper, je m’y suis donc conformée.

Mes deux cadets sont nés à Bruxelles, à la clinique Baron Lambert : là, il n’y avait aucune règle, sauf que les mamans ne pouvaient sortir que quand le reste du cordon ombilical du bébé soit tombé.

Pour mon cadet j’attendais fébrilement ce moment : il y avait des cafards dans les chambres, l’équipe de nettoyage avec des femmes étrangères n’avait aucun sens de l’hygiène. Par exemple : elles nettoyaient les toilettes et avec le même torchon essuyaient les tables où les jeunes mères devaient prendre leur repas.

Au bout de 4 jours, le bout du cordon de Gaëtan tombait et tout de suite j’ai appelé un taxi pour rentrer à la maison. Le gynéco de service ne le voyait pas d’un bon œil et m’a fait signer une décharge… Quelle connerie.

Mais voilà, le temps passait et 3 de mes 4 enfants étaient baptisés ; de gré ou de force. Le 4e devait subir le même sort : il ne faut pas faire de différences entre ses enfants.

Il avait déjà 10 mois quand un jour, après le travail, j’ai sonné à la cure.

Le curé Lapage m’a reçu (c’était l’oncle de mon avant-dernière voisine de palier : le monde est petit). Tout de suite il a voulu que j’aille au catéchisme et mon sang n’a fait qu’un tour. Du catéchisme j’en avais fait tout autant que lui dans ma jeunesse et je lui ai dit :

n  Je suis venue pour demander le baptême de mon enfant. Votre réponse sera oui ou non et sans conditions.

Il a vu que je ne céderai pas et m’a fixé une date de baptême avec « tous les autres mécréants ». Nous étions une vingtaine.

Mon petit Robert avait deux ans et jouait au chien « waf waf » sur les marches de l’autel puis a piqué une grosse crise de chagrin quand il n’a pas eu droit à la bougie allumée.

Le curé s’est perdu dans le décolleté d’une dame plantureuse en versant l’eau du baptême dans le visage de son bébé qui a failli s’étouffer.

Et tout ça pourquoi ?

Suite à tous les scandales sexuels avec le clergé belge (et pas qu’eux) mon Gaëtan s’est « débaptisé » il y a quelques années en se faisant rayer des registres catholiques.

Commentaires

Nous aussi, on s’est fait "débaptisé" mais c'était parce qu'on ne croyait pas.

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

Un bon petit ce Gaëtan
Bisous et bon Dredi

Écrit par : H-IL | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

on peut se faire débaptiser ? je ne savais pas .mais ton histoire est drôle avec ce curé .

Écrit par : Maïanthème* | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.