30/03/2017

COPENHAGUE fin

Très vite le contrôleur venait vérifier nos billets. Il regarde le mien et il me sort toute une tirade en danois… Vu sa mimique et ses gestes quelque chose clochait. Je ne pigeais rien. Alors je lui ai demandé : - Please, can you tell me it in english ?

Et YES, il pouvait. Ce train allait se scinder en deux parties à la prochaine gare et je me trouvais dans la partie qui allait bifurquer vers l’est au lieu d’aller vers le sud. Quelle chance que ce contrôleur soit venu juste à temps, sinon je serais peut-être toujours là-bas…

Faut-il rappeler qu’il était déjà tard ce lundi soir et que j’étais debout depuis le dimanche matin ? Nous devions arriver à Bruxelles le mardi vers midi et normalement j’aurais pu faire un petit somme. Mais dans la bonne partie du train le wagon était partagé en compartiments de 6 places. Dans le mien il y avait un personnage habillé bizarrement, un mormon ? Il ne m’inspirait pas confiance.

Dans ma petite valise j’avais mon Nintendo et j’ai donc joué au « Super Mario » et à quelques autres jeux. La nuit passait, de plus en plus péniblement.

A Cologne j’ai quitté ce train pour me restaurer au buffet de la gare. De là-bas il y avait beaucoup de correspondances pour Bruxelles.

C’est ainsi que je suis rentrée (pratiquement à tâtons, je ne voyais plus clair) chez moi en début d’après-midi du mardi.

Commentaires

L'amour maternel, c'est beau...

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 30/03/2017

Répondre à ce commentaire

Est-ce que t'étais Blonde dans le temps ?
Jeudissimes bisous

Écrit par : H-IL | 30/03/2017

Répondre à ce commentaire

Pas encore vraiment, ça commençait !

Écrit par : godelieve | 30/03/2017

quelle histoire , dire que tu pourrais encore être là bas !

Écrit par : Maïanthème* | 30/03/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.