03/08/2017

POUR CEUSSES ET CELLES QUI VEULENT DES DETAILS

Demain sera donc le jour de la vue perçante. 

Maintenant que je sais comment cela se passe, je suis très relax. Avant la première opération je me posais certaines questions, surtout depuis l'an dernier, où j'avais eu affaire à une ophtalmo stagiaire vraiment c.... .

Je suis donc convoquée  pour demain matin. Je sais que nous devrons poireauter dans la salle d'attente pendant un certain temps. L'hôpital prend cette précaution à cause d'une majorité de patients qui ne lisent pas bien les instructions.

Ensuite je serai appelée par mon nom chez l'infirmière. Elle se précipitera sur mon œil gauche pour y instiller des gouttes (dilatation et anesthésie). Elle me donne aussi une minuscule pilule... pour me relaxer.

Les gouttes se suivront de 10 en 10 minutes. L'infirmière aura soin de me poser des questions sur mon état de dernière prise de repas (en principe minuit) et des médicaments pris. Comme je ne suis pas diabétique cela ne pose aucun problème.

Après avoir passé ainsi un gros quart d'heure à 20 minutes je serai priée de me déshabiller et d'enfiler une chemise (en non tissé) un filet sur les cheveux, et des chausson en plastic bleu sur les pieds. Je pourrai garder ma petite culotte : ceci est intéressant pour les personnes incontinentes qui ne devront pas enlever leur couche-culotte).

A Jipi je confie mes lunettes, mes appareils auditifs, ma montre...

Ensuite départ dans les couloirs de l'attente.

Me voilà couchée sur la civière.

Une infirmière de ce service me fait les dernières gouttes dans les yeux. Elle me pose des questions concernant mes éventuelles allergies. Ensuite elle m'insère un "truc" qui pourra servir (si besoin en était) pour l'anesthésie générale. 

Dans mon cas, ils n'en ont pas eu besoin.

Vient enfin la confrontation avec l'ophtalmo-chirurgien et son équipe. Je suis priée de "grimper" de la civière à la table d'opération. C'est facile.

Autour de moi on s'affaire. Avec les bras allongés près du corps, ils m'enferment dans un sorte de camisole de force. Oyé oyé !

Ensuite ils ajustent mon crâne sur un repose-tête et m'encerclent le front pour que je ne puis pas bouger. 

Couverture sur les jambes et les pieds, petit coussin doux sur l'œil qui ne sera pas opéré et le cirque commence.

-"Vous allez sentir de l'eau qui coule sur votre œil" me prévient le chirurgien.

- - -

Commence l'opération. De l'œil qui est en train d'être traité, je vois un kaleidoscope de formes et de couleurs. Aucune douleur, jamais.

Puis, tout à coup, on  m'annonce : "c'est fini"

Je descends de la table d'opération et me couche sur la civière... du personnel m'emmène vers un lieu où Jipi m'attend.

Une dame nous sert le petit-déjeuner et ... voilà : tout est dit.

Une demie heure plus tard nous prenons un taxi direction domicile. 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

quel scénario!
ce qui me bluffe le plus, c'est que tout de suite après tu prends un petit déjeuner et puis tu rentres :-)
je te souhaite le plein succès et à bientôt

Écrit par : Adrienne | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Godelieve,

Eh bien rapido presto, cette opération...^^

Pour moi, c'est d'office anesthésie générale ou je ne supporte pas et je ne fais pas l'opération...-))

Bon rétablissement !! Bisous !!

Écrit par : Cassandre | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

Et ça vous fait quoi de mieux voir Jipi?

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 03/08/2017

Répondre à ce commentaire

ils avaient un train à prendre ou quoi ?

Écrit par : Maïanthème* | 04/08/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.