16/08/2017

19 PAS...

De la cuisine à la table de la salle à manger, j'ai 19 pas à faire.

Hier soir j'ai "fortement" ressenti ce que cela signifiait avec dans les mains  un plat pyrex sorti du four où trônaient 6 mini soufflés joliment dorés.

Pour une raison qui me dépasse un peu (j'avais des maniques qui devaient me protéger des brûlures) j'ai eu très mal. 

Allais-je lâcher le plat ? Pas question ! Gâcher de la bonne nourriture ? Jamais.

DSCN0818.JPGEn mordant sur ma chique j'ai réussi à le poser sur le sous-plat avant de me précipiter sous le jet d'eau froide du robinet. 

Résultat : j'ai quand même une jolie petite cloque sur l'annulaire droit.

 

15/08/2017

15 AOUT

C'est le jour anniversaire

où la Marie

s'envoyait en l'air.

 

Bonne fête les Marie

et joyeux anniversaire le Jipi.

14/08/2017

COEUR DE BOEUF

Avion (c'était le prénom de notre jeune boy, parce qu'à sa naissance sa maman avait émis des "vroum-vroum" sonores) m'apportait de son village un fruit que je ne connaissais pas. Il l'appelait cœur de bœuf. 

J'ai trouvé comme autre nom "corossol" et "cachiman". L'arbuste qui porte ces fruits ne pousse que sur des îles tropicales, aussi en Amérique latine et en Afrique.

cachiman.jpg

annona_muricata.jpgcoeurdeboeuf.jpg

Un délice ! Chair succulente un peu acidulée avec un parfum à nul autre pareil.

Je donnerais cher (avec l'argent de Jipi, cela va sans dire) pour pouvoir en déguster un pareil encore une fois dans ma vie...

Malgré son aspect, la peau est très fine, pas du tout comparable à celle d'une orange ou celle d'une mangue. Il est donc hasardeux de vouloir en exporter... il n'y en a pas en Belgique... quoique m'a-t-on dit, à Matonge (dans le quartier congolais de la porte de Namur à Bruxelles) de temps en temps 

13/08/2017

EST-CE TOUJOURS L'ETE ?

Car ces derniers jours Jipi et moi avons dû revêtir notre petit coton !

Nous avons aussi un torticolis à force de tenter de voir au moins UNE étoile filante pendant cette période de Perséides.

Peine perdue : nous gardons l'émission de notre vœu pour l'année prochaine.

Et chez vous ? Fait-il beau ?

09/08/2017

5 FRUITS ET LEGUMES PAR JOUR

IL est évident qu'il ne faut pas prendre cette règle à la lettre ! Imaginez d'avoir à manger une banane, une pomme, un ananas, un melon et une pastèque, puis d'y ajouter un  poireau, un céleri rave, une carotte, une salade et une betterave ! 

La règle est d'en prendre 5 portions... et pour certains fruits ou légumes une portion n'est qu'une cuiller à soupe. 

IL faut très bien les choisir : Pour les enfants je suggère ceux-ci:

carot.png

fraise.jpgtomate.jpg

es adultes auront droit à d'autres ... 

carotte-sexy.jpg

legumes-sexy.jpgpoivron.jpg

08/08/2017

LA SAPOLOGIE AU MASCULIN

La sapologie est la science essentielle pour être bien sapé.

Il n'y a que les couturiers africains qui l'ont acquise.

La preuve :

sapologie.jpg

07/08/2017

DEPRIME POST-NATALE !

Près de 60 ans plus tard, je fais ma déprime post-natale !

Mon aîné, en me voyant tout à coup sans lunettes m'a dit un truc affreux :

- Cela me fait tout drôle (*) de te voir ainsi...

Et moi alors ! Je le vois tout à coup comme il est, sans vitrage interposé : il devient vieux...

Et Tilio en rajoutait une louche :

- Quel âge as-tu, maminou ?

- 82 ans.

- Si vieille ???

(*) drôle : en Belgique le mot s'utilise pour dire "bizarre" ... ZARBI.

06/08/2017

LES HAUTS MURS

Non, non ! Je ne vais pas vous entretenir du livre déjà ancien d'Auguste le Breton, mais je vous fait part de la frustration des deux minous de Viviane.

Ils peuvent sortir de l'appartement et ont alors à se partager un "territoire" d'environ 200 m².  Horreur ! C'est le toit au-dessus des garages, couvert de bitume et clôturé par des hauts murs.

Quand ils voient arriver un troisième larron... eux aussi voudraient bien ...

DSCN0789.JPGDSCN0794.JPG

03/08/2017

RESTRICTION BUDGETAIRE ?

L'opération de ce matin c'est très bien déroulée. Cependant, il y avait quelques différences par rapport au 6 juillet dernier !

Plus de civière pour être conduite au bloc : un fauteuil roulant devait suffire. 

Plus d'invitation de Jipi pour partager le petit déjeuner... il a regretté !

Un peu d'inconfort supplémentaire juste avant l'opération proprement dite ... mon œil gauche ne leur disait rien qui vaille, ou quoi ?

Et puis : suprême disgrâce ...  

Au lieu d'une coquille transparente et aérée de 9 trous, je n'ai eu droit qu'à un pansement de coton (toutes les autres personnes opérées aussi). 

C'est un peu frustrant : aucun trou par lequel regarder l'obtention de la super vision ; comme le pansement est très près de l'œil, quand je cligne mes cils frottent contre le coton ... pas agréable. 

Par contre, l'irritation dû à l'antibiotique à évacuer est amoindri, car le coton absorbe les larmes qui coulent malgré soi. 

Vivement demain quand j'aurai eu droit à enlever ce pansement. 

Question : est-ce plus esthétique avec un pansement qu'avec une coquille ?

A vous de juger !DSCN0792.JPG

 

POUR CEUSSES ET CELLES QUI VEULENT DES DETAILS

Demain sera donc le jour de la vue perçante. 

Maintenant que je sais comment cela se passe, je suis très relax. Avant la première opération je me posais certaines questions, surtout depuis l'an dernier, où j'avais eu affaire à une ophtalmo stagiaire vraiment c.... .

Je suis donc convoquée  pour demain matin. Je sais que nous devrons poireauter dans la salle d'attente pendant un certain temps. L'hôpital prend cette précaution à cause d'une majorité de patients qui ne lisent pas bien les instructions.

Ensuite je serai appelée par mon nom chez l'infirmière. Elle se précipitera sur mon œil gauche pour y instiller des gouttes (dilatation et anesthésie). Elle me donne aussi une minuscule pilule... pour me relaxer.

Les gouttes se suivront de 10 en 10 minutes. L'infirmière aura soin de me poser des questions sur mon état de dernière prise de repas (en principe minuit) et des médicaments pris. Comme je ne suis pas diabétique cela ne pose aucun problème.

Après avoir passé ainsi un gros quart d'heure à 20 minutes je serai priée de me déshabiller et d'enfiler une chemise (en non tissé) un filet sur les cheveux, et des chausson en plastic bleu sur les pieds. Je pourrai garder ma petite culotte : ceci est intéressant pour les personnes incontinentes qui ne devront pas enlever leur couche-culotte).

A Jipi je confie mes lunettes, mes appareils auditifs, ma montre...

Ensuite départ dans les couloirs de l'attente.

Me voilà couchée sur la civière.

Une infirmière de ce service me fait les dernières gouttes dans les yeux. Elle me pose des questions concernant mes éventuelles allergies. Ensuite elle m'insère un "truc" qui pourra servir (si besoin en était) pour l'anesthésie générale. 

Dans mon cas, ils n'en ont pas eu besoin.

Vient enfin la confrontation avec l'ophtalmo-chirurgien et son équipe. Je suis priée de "grimper" de la civière à la table d'opération. C'est facile.

Autour de moi on s'affaire. Avec les bras allongés près du corps, ils m'enferment dans un sorte de camisole de force. Oyé oyé !

Ensuite ils ajustent mon crâne sur un repose-tête et m'encerclent le front pour que je ne puis pas bouger. 

Couverture sur les jambes et les pieds, petit coussin doux sur l'œil qui ne sera pas opéré et le cirque commence.

-"Vous allez sentir de l'eau qui coule sur votre œil" me prévient le chirurgien.

- - -

Commence l'opération. De l'œil qui est en train d'être traité, je vois un kaleidoscope de formes et de couleurs. Aucune douleur, jamais.

Puis, tout à coup, on  m'annonce : "c'est fini"

Je descends de la table d'opération et me couche sur la civière... du personnel m'emmène vers un lieu où Jipi m'attend.

Une dame nous sert le petit-déjeuner et ... voilà : tout est dit.

Une demie heure plus tard nous prenons un taxi direction domicile.