30/09/2017

LE "CAMPANILE", C'EST OU svp...

Tout avait très bien commencé et ce n'est qu'au dernier tiers de notre première étape que les rincées violentes ont rendu la fin du voyage assez pénible. Nous aurions pourtant dû nous méfier du caprice de notre GPS qui, lors de notre départ de Bruxelles, avait refusé le N° dans l'avenue à  Barentin et qui persistait à vouloir nous déposer n'importe où.  Mauvais signe !

Aux alentours de Rouen, le Jipi était assez surpris que ce GPS nous indiquait la sortie pour atteindre Barentin : ce n'était pas le chemin qu'il avait en tête. Mais il a suivi l'indication (par les petites rues de Pissy-Pôville). Je pense qu'il aurait dû suivre son instinct au lieu d'obéir au Tom-Tom...

Et là , sous les draches, nous sommes tombés en émoi ( ???) devant un chemin agricole en terre, entre un champ de betteraves et une prairie et portant un grand panneau d'interdiction à la circulation : Tom-Tom insistait pour que nous empruntions ce chemin. Il n'en était pas question.

Nous avons pris une autre petite rue (goudronnée) et avons finalement débouché à  hauteur du zoning commercial. On n'y voyait que dalle : il tombait des cordes.

Dans ce marasme il nous était impossible de trouver des points de repère. De toute façon, ceux de Jipi étaient vieux de 35 ans et tout avait bien changé.

Bref, deux arrêts dans le centre commercial pour expliquer aux commerçants que nous étions paumés.

DSCN0846.JPG

 

La dernière explication était la meilleure et quand Jipi a aperçu cette statue, il était soulagé : moi aussi ! N'étions-nous pas déjà  en Amérique ?

 

La photo date du lendemain, car sous la pluie torrentielle on ne voyait pas grand-chose.

Après trois ou quatre tours du rond-point avec cette statue, j'ai cru entrevoir l'enseigne du Campanile : nous étions sauvés. Encore fallait-il trouver comment s'y rendre dans le dédale des sens interdits : nous avons réussi cet exploit. Bravo à nous !  

29/09/2017

J'EMERGE LENTEMENT...

Bien sûr, si j'avais pris des médocs, je n'aurais été malade que pendant 7 jours; comme je n'en ai pas pris la maladie a eu besoin d'une semaine pour s'en aller comme elle était venue...

DSCN0939.JPGQuand Jipi a fait ses tendres adieux à la vache pie de Bretagne, samedi dernier, je ne me doutais pas que la mal de crâne qui me tenaillait se transformerait en une sorte de peste bubonique interne. Mais voilà : c'est déjà du passé.

Cela vaut probablement tous les vaccins du monde.

 

26/09/2017

PAS FREQUENTABLES

Nous  sommes bien rentrés dimanche après-midi... comme des chiens malades.

Donc : nous couvons microbes et virus au lit.

A bientôt.

24/09/2017

RETOUR AU BERCAIL

C'est l'ultime étape : nous serons à Bruxelles dans l'après-midi.

(quel bonheur !!!)

stlobruxelles.JPG

 

23/09/2017

DIRECTION SAINT-LO.

C'est déjà le jour des au-revoir (à une dizaine de personnes que j'aime bien) en espérant que ce ne soit pas un adieu : les vicissitudes de la vie, la maladie, l'âge, les accidents de parcours... 

Pas trop cocus, mais contents quand même nous partons vers Saint-Lô où la fille de Jipi (je l'aime beaucoup) nous recevra.

d idonnestlo.JPG

saint-lo-10564_w600.jpg

21/09/2017

MME RIPOLE

C'est elle.

Celle qui appelle le groupe à se réunir, celle qui choisit la date et le lieu, celle qui propose les "activités", c'est elle l'ex de Jipi.

Mais non ! Elle et moi nous ne nous crêpons pas le chignon. C'est l'entente neutre mais pas glacial.

En tout cas je me demande quelles seront les animations pour vieux qu'elle aura sortie de son chapeau magique... Très individualiste comme je suis, je n'apprécie pas trop.  

 

20/09/2017

PARAPLUIE, IMPERS ET DOUDOUNES

Sans oublier les pulls, les gants et les bottes en caoutchouc ?

18/09/2017

PREVISIONS METEO

Une semaine avant notre départ de Bruxelles la météo se montrait légèrement plus optimiste... celle-ci était de dimanche :pourvu que cela ne se dégrade pas plus !

météo.JPG

17/09/2017

ST GEORGES DE DIDONNE

En été, quand il fait beau, la plage :

didonne.jpg

Nous serons logé dans un petit pavillon :

 

igesa.jpg

16/09/2017

TOUJOURS PLUS AU SUD-OUEST !

Ce samedi nous disons au revoir aux Bretons et mettons le cap vers St Georges de Didonne, où nous séjournerons une semaine. Rencontre là-bas avec une bande de copains de promo de Jipi (tous des vieux...).

Saint-Georges-de-Didonne.8.gif

mapigesa.JPG

 

14/09/2017

PETITE VISITE A VANNES

A Vannes Jipi revivra quelques souvenirs d'enfance quand il était chez les grands-parents paternels. Il se recueillera aussi sur la tombe de ses parents. Vers midi nous allons prendre le cousin Hervé - qui est bien mal en point - pour faire un petit resto. Hervé à toujours aimé la bonne cuisine, un peu trop parfois !

En finn d'après-midi nous passerons par l'étal de la poissonnerie pour acheter des fruits de mer : nous pourrons nous régaler en famille le soir. 

12/09/2017

CE SOIR NOUS SERONS EN BRETAGNE

Il y a 18 mois que Jipi n'a plus vu son fils breton, sa belle-fille et les deux enfants, dont la  petite Louise qui vient d'avoir trois ans et qui a fait dans la joie sa première rentrée en maternelle. Le temps passe à la vitesse V'.

rouen-rennes.JPG

bouexic.jpg

11/09/2017

PREMIERE ETAPE

Nous ne sommes plus là, mais je vous invite au voyage. Par de courtes  notes programmées, si tout se passait comme prévu ! Dans le cas contraire ? Bof... Vous lirez nos prévisions.

Nous limitons nos étapes à environ 350km. Aujourd'hui Bruxelles-Rouen.

vache.jpg

rouen.JPG

 

10/09/2017

SUR LES CHAPEAUX DE ROUES.

Nous venons de passer une semaine sur les chapeaux de roues. Nous partons en voyage et en vacances demain. 

La voiture n'est pas encore chargée, mais elle le sera !

TRANSPORT17.jpg

Pour ma part tout est pratiquement parfait : j'ai de bonnes lunettes solaires en remplacement des appliques à poser sur des lunettes... mais les prévisions météo m'assurent que j'en aurai très peu 'usage !

J'attendais avec impatience les deux "sacs à viande" que nous endosserons pour les nuits passées en famille. Inutile d'infliger aux enfants qui nous hébergent un lavage de draps... ils ont déjà charge d'enfants et de travail. C'est fait : les sacs sont arrivés. 

Pour une absence de 15 jours j'ai passé ma visite médicale trimestrielle afin d'avoir mes médocs à disposition. Je suis en outre en possession de lunettes de lecture : ce n'est pas indispensable, mais c'est plus confortable. J'ai aussi "ASTERIX et le rentrée gauloise" 14 histoires complètes  : une par jour. Mais encore ? Des mots croisés : idéal pour s'isoler du monde quand on en  a marre... 

Le coiffeur s'est occupé de mes tifs et le garage spécialisé à changé le train de roues avant de la Peugeot : bravo à tous les deux.

Ici  il n'y aura plus de linge sale (ou si peu) et le linge lavé aura été repassé

Il n'y aura, non plus,  de poubelles nauséabondes à notre retour : j'ai pris mes précautions...

Il n'y a que la météo qui me perturbe : je n'aurai probablement pas besoin de lunettes solaires mais d'un bon parapluie et d'un imper ainsi que de quelques petites laines. J'attends de voir les dernières prévisions.

Entre-temps : j'ai horreur des trajets, j'ai horreur d'être obligée de faire de l'esprit quand mes habitudes sont si fort perturbées.

Des vacances ? N'en profitons-nous déjà toute l'année à notre âge ?  

 

 

09/09/2017

JIPI FAIT DANS LES MOULINS...

Dans le cadre de la recherche pour monsieur cousin, Jipi est plongé dans l'immobilier. Il a déjà dégotté un moulin qui ferait l'affaire et depuis quelques jours il en a déniché un autre qui aurait pu encore mieux convenir. Pour le second moulin c'est râpé : le propriétaire vend car l'immeuble se trouve sur une route où passent à longueur de journée les camions venant de la carrière proche.

Tout cela  prend tellement de temps à Jipi... Car persévérant, comme il est, il étudie tout ce qui touche au droit d'eau, aux mécanismes en place et j'en passe. Pour le premier moulin il a fait le tour d'horizon complet et une estimation des frais à engager après l'achat. Il manque pourtant un élément sérieux : l'impôt foncier... 

 Si je n'avais pas un peu secoué le Jipi, il est probable que nous aurions dû passer la nuit de lundi à mardi dans un fenil : il n'y a plus de foin dans les prairies.

Vous comprendrez demain !1ojf8auz784uhltf6nahjjizl249wqu2rx1dpt068.jpg

08/09/2017

J'AI CORDIALEMENT DETESTE...

Comme nous étions à Lille mercredi dernier, nous avons profité de l'occasion pour aller prendre un article - convoité par quelqu'un de la famille - dans cette grande surface de meubles à monter à Lomme,  sous la marque scandinave que vous  savez.

Très rapidement nous avons trouvé le petit objet. C'était l'heure du déjeuner et nous sommes allés au restaurant de cette chaîne. Rien à redire jusqu'ici : c'était impeccablement propre, appétissant, bon marché. Nous avions un peu perdu les réflexes du self-service,  c'est vrai, mais nous avons réussi ce tour de force.

C'est après que les choses se sont gâtées. Il fallait trouver les caisses et la sortie. Bien sûr, il y avait des marquages au sol... qui nous faisaient visiter tous, mais alors tous les rayons dont nous n'avions rien à cirer.

Avec l'estomac rempli... cela devenait pénible. Nulle part un plan pour se repérer. 

...

Pendant trois jours j'ai eu des mollets en bois... tout cela à cause de leur stratégie de vente : le client trouvera bien dans ce dédale l'une ou l'autre babiole à sa convenance, alors on lui en met partout, plein la vue et à longueur de couloir fléché.

07/09/2017

UN OVNI RECTANGULAIRE DANS LE CIEL ???

Quand nous sommes sur le balcon et que nous regardons droit devant nous - vers l'est - nous voyons là-bas à environ un kilomètre, les trois grues montées récemment pour le chantier du nouveau complexe scolaire de Koekelberg. 

Or, l'autre soir, il faisait déjà nuit noire, j'ai été intriguée par une "fenêtre" violemment éclairée. Elle est restée "allumée" jusqu'au lendemain.

C'est alors seulement que j'ai mieux compris.

DSCN0833.JPG

DSCN0834.JPG

06/09/2017

LES BRUXELLOIS : DES CROCODILES ?

Il paraît que nous, bruxellois, sommes des crocodiles : nous avons une grande gueule, une queue active (ça doit concerner les hommes uniquement) et des petites pattes capables de ne rien faire.  

Or, dans notre voisinage, des Bruxellois vous font la preuve que leurs pattes ne sont pas aussi inutiles que cela  : ils s'en servent pour guider des grues, ou mettre des panneaux d'isolation sur des façades. Sans faire grand bruit.

DSCN0836.JPG

 

NOUS AVONS PERDU NOS REPERES !

Depuis deux ans nous avions pris l'habitude de voir cette grue de construction assez proche. Quand le travail était fini sur le chantier, le grutier libérait l'engin sur son axe : ainsi pouvions-nous facilement voir la direction du vent selon la direction de la flèche, sans devoir recourir au doigt mouillé...

En moins d'une journée ils ont démantelé ce repère précieux : nous en avions quasi perdu le nord.

DSCN0825.JPG

DSCN0827.JPG

DSCN0832.JPG

 DSCN0826.JPG

04/09/2017

GRANDE VERITE

escargots.jpg