20/12/2017

BROUILLARD

De tous les aspects de la météo, celui que j’aime le moins, c’est le brouillard.
Je plains les conducteurs qui prennent la route par ce temps-là : on n’y voit que dalle.
Même à pied parfois cela peut être pénible.
conduire-brouillard.jpgUn jour où j’avais dû aller au village (à une grosse demi-heure) par un brouillard si épais qu’on se serait cru sur une autre planète, j’avais l’impression de m’enfoncer dans un mur d’ouate : c’était dense au point que je ne voyais même plus si j’étais toujours sur le bord de la route ou si je circulais au beau milieu. Mon chien qui m’accompagnait préférait rester tout près de moi, alors que d’habitude il en profitait pour gambader dans tous les sens.
Au retour, le brouillard était encore plus épais. C’est alors que j’ai fait un très mauvais choix : couper par les champs comme raccourci.

Trois quarts d’heure plus tard j’ai débouché sur une route, enfin… je commençais à me désespérer. Où étais-je donc tout ce temps ? Probablement à tourner en rond en ayant perdu la boussole !

Cette route était bien plus éloignée de la maison que lorsque j’avais commencé à marcher à travers champs… 

Commentaires

quelle idée ! tu avais encore moins de repères et tu aurais pu tomber dans un trou ...

Écrit par : Maïanthème* | 21/12/2017

Répondre à ce commentaire

Des trous il n'y en avait pas beaucoup, mais des fossés il y en avait plein !

Écrit par : godelieve | 21/12/2017

Dans ces cas mieux vaut suivre la ligne médiane.
Jeudissimes bisous

Écrit par : H-IL | 21/12/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.