21/12/2017

HABILLEMENT DANS MES JEUNES ANNEES.

La façon d’être « convenablement habillée » n’était pas un poème d’Alex en train, dans mes jeunes années, de 15 à 20 ans (soit de 1950 à 1955) et ma mère flamande était très à cheval sur ses principes !
Vers mes 15 ans je commençais mes études d’institutrice dans une école catho de Gand. Les jeunes filles n’avaient pas droit au plus petit décolleté, les jupes devaient couvrir les genoux, les bras nus étaient tabou (sauf en été où on pouvait exhiber les avant-bras). L’uniforme était de rigueur : de septembre à mars robe bleu marine à col blanc et cravate bleue ; d’avril à juillet jupe plissée bleu marine avec chemisier blanc ou bleu clair et cravate bleue. De ce qui était visible je dois ajouter les bas : de grands bas avec une couture à l’arrière qui devait monter droite comme un « i ».
Cela : c’était la partie émergée de l’iceberg.
En dessous ?
chemise-sans-manches--vermouth_fap_ah17.jpgcorset.jpggaine.jpgDans l'ordre : d'abord le maillot de corps en interlock blanc, ensuite venait le soutien-gorge blanc lui aussi, parfois pourvu de baleines de maintien (torture !) et… le corset à lacets (avec baleines… aïe aïe !) J’ai quand même connu la gaine élastique déjà plus confortable.
 
 
 
 
 
bas.jpg Le corset ou la gaine étaient indispensables parce que pourvus de jarretelles pour retenir les bas (il n’y avait pas de pantys).
 
Par dessus tout cela la petite culotte en interlock blanc. Problème : les petites culottes avaient un élastique libre dans la couture de taille : parfois l’élastique fatigué rendait l’âme et envoyait ce vêtement sur les pieds à la vue de tous. La honte !
Au-dessus de tout cela venait la « combinaison » : combinaison-fond-de-robe-saumon-21-1_1064-saumon-21.jpgon l’appelle sous-robe parfois.
Ensuite la robe ou la jupe etc…
CEINTURES_PERIODIQUES_FOURNIRT1905.png
 
Et si la jeune fille avait ses règles ? Elle portait sous la culotte une ceinture adaptée aux serviettes hygiéniques en coton multicouches ou en tissu éponge. Il fallait les lessiver chaque jour...
Pouvez-vous imaginer une jeune fille d’aujourd’hui accoutrée de la sorte ?
 
Heureusement je suis partie au Congo en 1956 et j’ai fait la généreuse donation de ma douzaine de maillots de corps à un boy congolais de l’hôtel où j’étais logée à mon arrivée… Il a aussi pris les bas et la gaine !

Commentaires

j'ai connu aussi cet accoutrement quand j'étais en pension (au début) ensuite est venu 68.
qu'il prenne les chemises , je comprend mais les bas et la gaine , en avait il besoin au Congo ?

Écrit par : Maïanthème* | 22/12/2017

Répondre à ce commentaire

Ils n'avaient pas besoin de gaine ou de bas, mais c'était bon à prendre !

Écrit par : godelieve | 22/12/2017

Et sexy en diable
Bisous et bon Dredi

Écrit par : H-IL | 22/12/2017

Répondre à ce commentaire

Il y avait aussi le grand corset à lacets, celui qui servait aussi de soutien gorge, non?

Écrit par : la fausse petite "Bruxellesse" | 22/12/2017

Répondre à ce commentaire

C'était surtout pour les dames, le grand. Les jeunes filles n'en trouvaient pas à leur taille.

Écrit par : godelieve | 22/12/2017

ah sûr c'était pas triste a l'époque..petite j'observais les clientes de ma mère se dévêtir pour les essayages...
heureusement nous avons été libérées de ces choses de torture et laides en plus hihi
bisous tous les deux ☺♥

Écrit par : nays | 22/12/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.