03/01/2017

Salut !

Une impression bizarre m'étreint : je vous en fait part.

Le mois de janvier sera assez bousculé pour nous : Jipi a des visites de contrôle et d'analyses chaque semaine à Lille. Moi ? Rien de tout cela.

Pourtant, en prévision d'un éventuel oubli fatal de respirer, d'un événement inattendu qui ne me permettrait plus d'y voir clair même en état de sobriété stricte et neutre (???) ou d'avoir un accès brutal de Parkinson, d'Alzheimer ou de simple folie de vieillesse, je précipite un peu les choses.

Dans mes tiroirs à malice j'ai un tas d'écrits "très personnels" qui touchent à la fiction et à l'imaginaire plus qu'au vécu et que je vais jeter en pâture sur ce blog.

Pour demain par exemple, il y a une histoire que j'ai divisée en 4 parties et que je vous demande de ne pas trop dénigrer. Elle est un jour sortie de mon moi-même comme un enfantement. 

Entre-temps - même si je vous ennuie - je vous aime bien ! 

  

L'AGENDA DE JEAN.

Dans les années 1950, mon ex beau-frère Jean avait une douzaine d’années. Pour ses étrennes il avait reçu de son parrain un bel agenda comportant une page par jour.

Le gamin fit remarquer qu’il avait déjà son journal de classe. Pas démonté du tout son parrain rétorqua :

-       Le journal de classe est pour les devoirs et les leçons. Dans cet agenda tu noteras plutôt les événements de la vie.

A la fin de l’année, il y avait 4 notes personnelles dans l’agenda de Jean :

-       A la fin de janvier : « rien ».

-       A la fin de mars : « toujours rien ».

-       Vers la mi-juillet : « encore toujours rien ».

-       Et puis, tout à coup, en octobre : « j’ai besoin d’argent ».

02/01/2017

NOTRE CHEF D'OEUVRE POUR VOUS !

chefddoeuvre.png

 

Nous l’avons peint ensemble en à peu près 6 heures de labeur intense. .

Admirez le piqué, l’harmonie et la façon moderne de traiter le toucher de l’art pictoral : nous y avons mis tout notre savoir-faire et tout notre cœur pour vous réjouir en ce jour ordinaire de l’an 2017. Nous attendons vos félicitations. 

Que dites-vous, vous n’y voyez que dalle ?

Mais éclairez votre écran d’une manière rationelle n’est-ce pas !

Ce que cela représente ? Le combat ultime de deux tribus Bantoues dans un tunnel non éclairé.

N’est-ce pas bouleversant ?

01/01/2017

BONNE ANNEE !

Salut ! Bonjour ! Bonne Année !

 

Givré(e)(s) ? Pas nous, dehors oui. Rien de cassé ? Pas de gueule de bois ?

Mais c'est merveilleux !

Comment dites-vous ? Ballonné ?

Allez vous recoucher !

31/12/2016

31 DECEMBRE 2016

2017.jpg

phongthuyso_vn%20chuc-mung-nam-moi-2017.jpg

VOEUX2.jpg

30/12/2016

AVANT DERNIER JOUR DE CETTE ANNEE

Faites en quelque chose de bien : envoyez-vous en l'air par exemple, mais pas ainsi :

TRANSPORT16.jpg

Aimez  votre chameau, aimez-les tous les deux...

 

 

transport11.png

Ramenez enfin cette échelle empruntée depuis trop longtemps...

transport8.jpg

 

29/12/2016

N'APPELEZ PAS LA POLICE ...

nu.jpgSi, en passant sur une autoroute en Wallonie, vous croyez voir un homme nu.

La police est déjà descendue sirènes hurlantes et ambulance à l'appui sur les lieux.

Par contre, transport13.jpgsi vous voyez un pick-up  réellement surchargé comme ceci : vous n'êtes plus en Europe mais égaré quelque part en Afrique ou peut-être en Asie.

Méfiez-vous si vous tentez un dépassement.

28/12/2016

PERDU A MOLENBEEK

DSCN0558.JPGentre le jour de Noël et celui du jour du jour d'aujourd'hui : tenue intérieure complète de convalescent.

 

Merci de me la ramener avec douceur, soin et gentillesse, surtout s'il y a  encore le bonhomme dedans. Merci. 

1940 : VIEILLE ECOLE (PAYS-BAS)

Ce n'était pas tout à fait pareil en Belgique ... d'après mes souvenirs.

A tous et à toutes :  bonne fête les INNOCCENTS !

Hier j'ai vu le couple de pies inspecter leur nid : il n'y avait pas de petit Jésus dedans ! Dépitées, les pies sont parties.  

 

27/12/2016

ELLE DEPRIME GRAVE.

En caressant le Gaby de notre voisine de palier, j’ai constaté que j’avais pris du poil de la bête ! Pas tellement beaucoup mais assez pour devoir brosser ma jaquette.

Ah, si la madame de Gaby pouvait – elle aussi – enfin prendre un peu de poil de sa bête, ce serait magnifique. Elle est en détresse, la dame, en grande détresse. Est-il en mon pouvoir et en mes capacités de l’aider ? Je me pose la question et ne trouve pas de réponse satisfaisante.

Madame de Gaby est pathétique : de plus en plus maigre, les yeux rougis par les pleurs en cachette, elle vit très mal son état. Depuis les trois ans que je la connais (peu, car nos rencontres sont fortuites) son discours n’a pas varié : elle a maigri de plus de 20 kilos quand on lui a signifié la fin de son bail dans l’appartement précédent. A 80 ans : c’est un sale coup. Depuis, elle a subi 3 opérations. Aujourd’hui elle n’a plus d’équilibre, perd la mémoire, ne voit aucune amélioration dans son état, n’a plus le goût de vivre… sauf encore un peu pour le Gaby. C’est autour de ces points-là que tournent ses idées et ses rares conversations.

Devrais-je m’occuper d’elle ? Cela serait alors au détriment de Jipi : je ne vais quand même pas favoriser la voisine à ses dépens ? Sans oublier que la fréquentation de personnes déprimées ça déteint, forcément !

gratte-dos-massant-tp_6758782555445820675f.jpgC’est ici que je regrette de n’avoir pas trouvé dans mes petits souliers le cadeau rêvé : un gratte-dos en bois noble. Avec plaisir je le lui aurais cédé gracieusement pour qu’elle ait une occupation gratifiante.

casque-de-jupiter-aconitum-napellus-subsp-napellus.jpgTout comme je suis dans l’inconfort de ne pouvoir lui offrir un joli pot avec un beau casque de Jupiter en pleine maturité… Cela ne se vend pas, comprenez-vous ? Cette plante est jolie mais si toxique que si des abeilles l’ont butinée, on peut mourir d’une petite cuiller du miel.

Elle m’aurait été – éternellement – reconnaissante du conseil que j’aurais donné : petite tisane d’un bout de racine juste avant le coucher.

CADEAU POUR VOUS !

En cette période de fin d’année et de cadeaux (utiles, inutiles et autres) ma bonté s’adresse aux personnes qui ne reçoivent que peu de courriels et s’en désolent ; aussi aux personnes qui s’ennuient !

Si c’était votre cas, voici un simple truc qui va faire déborder votre boîte à mails : PARTICIPEZ !

full_mailbox_medium.jpgA quoi ? A tous ces sondages et concours mirobolants proposés sur la toile, à toutes les invitations de recevoir la « newsletter » ; à TOUT. lettres.jpg

 

Cette astucieuse pub vendra votre adresse aux plus offrants.

Vous recevrez tellement de messages que pour les lire tous il vous faudra évidemment sacrifier en partie (ou totalement) certaines autres occupations. Marketing-Email.jpg

Eliminez d’abord celles qui vous ennuient : le boulot par exemple.

MailboxFull.jpg

Ensuite, si vous estimez que trop c’est vraiment trop : il vous faudra du temps, de l’entêtement et beaucoup d’autres qualités pour vous désinscrire de ces spam.   

26/12/2016

C'est ICI !

Je vous invite sur le balcon : devant vous (à l’Est) il y a l’étendue des jardins sur au moins un kilomètre. Bien au-delà se trouve l’aéroport. On a la chance de voir toute la journée des avions qui décollent et d’autres qui atterrissent. Mais non : ils ne passent pas tous juste au-dessus de nos têtes !

Maintenant regardez à gauche (le Nord) : koekelic.jpgc’est la basilique de Koekelberg. Il y a plus de cent ans son architecte a fait un rêve prémonitoire ; voilà pourquoi il a prévu deux minarets. L’un contient déjà les cloches chrétiennes, l’autre pourra accueillir le muezzin. Le Bruxellois dans sa généreuse bonté appelle ce monument : Kûck-el-Iq de BaS-el-Berh.

justice.jpg

 

Tournez la tête à droite (le Sud) : perdu dans la brume de pollution, certains jours pourtant on le voit clairement (ici avec max de zoom) : le monumental Palais de Justice de Bruxelles.

Mais oui : entre les deux les cœurs balancent et pas que les cœurs d’ailleurs !    

25/12/2016

JOUR DE NOEL

SUSA NINA joliment brodée sur "Douce Nuit" est probablement le plus beau chant de Noël flamand.

24/12/2016

JOYEUX NOEL

kerstmis-bewegende-animatie-0521.gif

 

 

23/12/2016

BONNE NOUVELLE POUR...

les distraits, les retardataires et ceux qui attachent peu d'importance aux coutumes.

X-mas-man-OK-620x310.jpg

Vous n'avez pas de cadeau de Noël ?

Aucun problème ! Le Père Noël est mort dans le crash du traîneau, comme je l'ai déjà dit. Pire : ses assistants sont morts aussi !!!

Vous avez donc tout votre temps pour encore vite chercher des étrennes pour ceux qui en attendent.

Nous n'avons pas eu cette chance : nos Bataves nous tombaient sur le râble et on fait la "razzia sur la schnouf" comme il se doit. 

Le moins marrant ? Ce Père Noël a donné la varicelle à Tilio et Enoa qui est maintenant dans sa phase bulbeuse.  

Pas de varicelle chez nous hier, mais de la vaisselle à faire : un gros tas. Vivement la fin de cette période de fêtes... si ça "continuait durer encore toujours " j'aurai les mains abîmées par le savon vaisselle  :))< .

22/12/2016

IL N'AURA PAS SON CADEAU.

Il me sera très difficile, voire impossible, de satisfaire le souhait de Jipi pour sa petite Noël.

-     Si je pouvais encore avoir un fils, dit-il, je pense à un prénom composé très chaleureux : Urbain-Marie.

Heureusement que j’ai lu quelque part que le Père Noël s’était mal conduit dans sa luge autotractée et qu’il s’est viandé !

texto.jpg

21/12/2016

SUR LA VOLGA

Il y a des années j’ai fait un rêve fascinant. J’étais à l’étranger dans un pays inconnu. Je me promenais sur les berges d’un fleuve impressionnant quand tout à coup résonnaient des bruits forts de cascades d’eau et de rires humains.

-       Où sommes-nous ? demandai-je à un autre promeneur.

-       Sur les rives de la Volga, me dit-il.

flottage-du-bois.jpg

Là, le spectacle devenait extraordinaire : c’était la transhumance de plusieurs villages du Nord descendant vers le Sud accompagnant le flottage du bois. Sur le fleuve flottaient ainsi plusieurs petites maisons habitées avec rideaux blancs aux fenêtres et jardinières de géraniums rouges. Des femmes aux vêtements multicolores tricotaient sur le seuil ou bavardaient. Les hommes munis de gaules dirigeaient la descente. Je n’avais jamais vu un événement semblable.

En ce temps-là nous n’avions pas la télé, je n’allais pas au cinéma mais il se peut qu’une lecture ait émergée de mon subconscient pour me faire vivre ce rêve fantastique.   

20/12/2016

CETTE VOIX ET L'ETENDUE DE SA TESSITURE

JOUR LE PLUS COURT

Et grâce aux imbéciles criminels qu'on héberge, ce jour est propice au recueillement. Allah n'aime pas les voyageurs et passagers d'avions ou de train, il n'aime pas le 14 juillet et le feu d'artifice, il déteste aussi le marché de noël, il hait les cartoonistes... Je suppose qu'il n'aime pas non plus les djihadistes ???

Illuminations_013.jpg

 .

19/12/2016

NE PAS CONFONDRE.

Comme l’a dit la madame météo il fait fort brouillassou … nous sommes sous la « patate » anticyclonique avec pics de pollution par particules fines.

images35.jpgJipi intervient ici pour vous dire de ne pas confondre cet état avec celui des parties fines de cul.

 

Nous sommes là-bas : échographie paraît-il, que je ne dois pas confondre avec la petite coquinerie matinale !

18/12/2016

L'AFFAIRE EST DANS LE SAC.

sacs.jpgLe tri sélectif à Bruxelles devient vraiment aberrant.

Il nous faut :

-       un sac jaune pour les papiers propres (sans graisse ni autres traces !)

-  un sac bleu pour les bouteilles et flacons en plastic et les contenants métalliques comme les cannettes et les boîtes de conserve. Le tout bien lavé et propre !

-       un sac orange : pour les déchets alimentaires. Pas seulement les épluchures des légumes et des patates, mais aussi les nonosses et les arêtes de poisson, ainsi que les « escafates » (coquillages) des moules et autres. Tout bon jardinier vous dira que les épluchures de patates c’est pour ceux qui dorent et rient fort (doryphores) et que les résidus très calcaires ne se compostent pas vraiment.

-       Un sac blanc pour les ‘non recyclables’ : pampers et autres couches, mouchoirs et serviettes en papier  (quelle erreur, il y a en Allemagne des centrales d’énergie qui fonctionnent uniquement avec ce genre de choses) et tous les emballages en matière synthétique.

- Un sac vert pour les résidus de tontes de gazon, les bouquets de fleurs fanées et d'autres branches ou branchettes de plantes vertes.

Est-ce que vous comprenez qu'il faut dans chaque logement bruxellois un emplacement pour cinq sacs de poubelle de couleur différente ?   

De plus :

- les bouteilles en verre doivent aller dans les conteneurs ad-hoc : ce n’est souvent pas à côté de la porte.

- le petit électro est récolté (piles, lampes et autres bidules) dans des endroits plus proches (magasin habituel, pharmacien etc…)

- Pour le gros électro : débrouillez-vous avec main d’œuvre et véhicule pour aller au parc de tri. Il n’y en a pas des masses. De même pour les matelas abîmés ou défoncés.

- Pour le textile usé ou hors d’âge : cherchez dans un rayon de X kilomètres un conteneur qui récolte ce genre de choses.

- Pour l’air expiré et pollué et les autres gaz : faites comme tout le monde, sortez-le à tout moment utile !  

Mon questionnement : lors des dernières élections avons-nous vraiment voté pour ce genre de conneries ???

17/12/2016

GROSSE TARTINE DU SAMEDI

PROJET DE

REGLEMENT GENERAL TERRIEN CONCERNANT tous les éventuels Extraterrestres :

qu’ils soient Vénusiens, Martiens, Lyriens, Neptuniens, Pléiadiens, Ummites, Baaviens etc.

 Sur la planète Terre, les Terriens sont maîtres chez eux.

 

Toute Entité extraterrestre non invitée expressément par nous mais se trouvant quand même sur Terre sera considérée comme y séjournant illégalement : nous ne pourrons pas assurer son intégrité morale ni physique. En cas de détection d’une Entité en situation frauduleuse sur Terre, elle sera arrêtée, interrogée sur ses motifs de séjour et expulsée. Des mensonges dans le genre « on était venu pour étudier votre culture », ou « nous faisons partie de la grande famille intergalactique et sommes là pour vous aider » ou pire encore « pour vous surveiller » entraînent immédiatement l’expulsion forcée, car en effet :

 

la Terre n’est pas le  laboratoire  d’experiences physiques ou psychiques bizarres

ni le PARC-SAFARI zoologique des hominidés de l’espace intersidéral.

 

Si l’Entité détectée en situation irrégulière ne présente aucun réel signe prouvant son origine extraterrestre, elle sera considérée comme Terrienne et aliénée : aussi sera-t-elle colloquée en « maison de santé » fermée pour ce genre de maladie mentale. Nous ne lui proposerons pas d’alternative pour sa réinsertion ou sa rééducation.

Tout ceci étant dit, les Entités extraterrestres doivent admettre que les Terriens ont l’esprit très ouvert : ils ont toléré et tolèrent encore sur leur planète des personnes comme Adolphe Hitler de sinistre mémoire, Yasser Arafat (jadis considéré comme terroriste puis accepté comme représentant d’un pays dont il n’était même pas issu), George W. Bush en guerre contre un pays qui n’a jamais eu des réserves d’armes de destruction massive que celles fournies par les E.U. eux-mêmes (ex. Saddam Hussein),  le pape Jean-Paul II qui a mis le préservatif à l’Index (alors qu’il fallait l’enfiler ailleurs...) permettant ainsi la propagation du SIDA d’une manière catastrophique, pour ne citer que ceux-là : mais ils sont (étaient) nos autochtones terriens et nous faisons (faisions) avec.

C’est pourquoi les Terriens considèrent que tout compte fait, ils pourraient éventuellement accepter sur leur sol (pour une courte période de deux à trois mois environ) des espèces humaines étrangères ou d’autres intelligences en tant que curiosités culturelles faisant du tourisme terrien si elles satisfont aux critères suivants :

a) Elles doivent obligatoirement arriver par aéronef: elles montreront clairement de quel type de machine volante il s’agit en s’attardant suffisamment longtemps à vol très lent et à une altitude très basse en plein jour pour que des photos et des films puissent être réalisés par tout le monde et n’importe qui. Elles veilleront à ce que le bruit de leurs aéronefs en vol ne dépasse pas les 50 dB.  Il est formellement interdit  d’arriver subrepticement ou de faire semblant d’être là de manière fantomatique ou éthérée afin de ne pas se confondre avec des illusions d’optique, des hallucinations singulières ou massives et d’autres épilepsies temporales.    

b) Comme il se doit lorsqu’on arrive pour la première fois et à l’improviste chez des gens de qui l’on attend une certaine hospitalité, les aéronefs parachuteront de très nombreux cadeaux. Les Entités tiendront compte du fait que les colliers, les chapelets, les miroirs, les bonbons, les bibles, les cacahuètes et les bananes ne sont plus depuis longtemps considérés chez nous comme des cadeaux. Nous attendons des échantillons de technologies exogènes pacifiques et si possibles d’une certaine utilité, à la fois simples et hautement sophistiqués - en nombre suffisant - pour satisfaire la curiosité de nos savants, de nos techniciens et même de l’homme de la rue.

c) Après ces préliminaires les Entités se mettront en communication parlée (télépathie prohibée et sujette à enfermement immédiat dans un asile psychiatrique), dans la langue terrienne de l’endroit, en s’identifiant et en demandant poliment l’autorisation de se poser sur la piste d’atterrissage la plus adaptée à leur engin. Qu’elles tiennent compte du fait que nous sommes en droit de leur refuser l’atterrissage, tout comme nous sommes en droit de refuser l’accès aux aéroports déjà bien encombrés. Il se pourrait donc qu’on leur demande – le cas échéant - d’atterrir sur une prairie ou sur un terrain en friche éloignés des villes dans le meilleur des cas, ou dans un désert ou sur un glacier si nous avons des raisons d’être plus ou moins méfiants.

d) Sans sortir de leur engin, les Entités transmettront leurs carnets sanitaires rédigés en une langue Terrienne à l’agent volontaire et bénévole que nous leur déléguerons. Elles souffleront dans l’alcoomètre sans rechigner et accepteront qu’on leur fasse une prise de sang : afin que nous puissions constater qu’elles n’ont aucune maladie contagieuse pour nous et qu’elles sont vaccinées contre celles qu’elles pourraient nous apporter de là-bas. Si ce document ne peut être présenté pour chacune des Entités à bord, ou si ce document ne répondait pas à nos attentes, de même que si les Entités refusaient de souffler dans le ballon et ne voulaient pas nous céder quelques gouttes de leur sang pour l’examen biologique, elles seraient immédiatement expulsées et assumeraient seules les frais de leur rapatriement interstellaire. Il est exclu que nous garantissions leur sécurité pendant la quarantaine de six semaines (au moins) si elles persistaient à vouloir rester sur Terre malgré notre opposition.

e) Des Entités provenant d’Univers parallèles sont exclues de nos bonnes intentions : chaque être humain de la Terre a déjà son propre univers parallèle et cela suffit largement à nos besoins.

Ayant satisfait à ces premières conditions, les Entités veilleront en outre à respecter les points suivants :

-       La Terre ne peut accepter qu’un nombre limité de vaisseaux interplanétaires. Le nombre est fixé à six aéronefs par an à raison d’un tous les deux mois équitablement répartis sur les cinq continents en alternance, plus un en arctique et un en antarctique. Chaque aéronef ne transportera que dix Entités extraterrestres, équipage et passagers confondus  (à noter que les enfants des Entités ne sont pas admis - nous n’acceptons que des adultes responsables).

-       Elles se seront assurées que l’air de la Terre est respirable par elles sans artifices : pas question de sortir de leur engin revêtu du scaphandre complet et du casque respiratoire.  Si elles ne peuvent pas supporter notre air, toute démarche en vue d’un atterrissage est inutile : ceci en vertu de la loi universelle défendant aux adultes de se déguiser en dehors de la période de carnaval. Nous pourrions éventuellement leur  accorder une dérogation pour une durée de trois jours maximum si elles arrivaient le jour du Mardi-gras dans les villes suivantes : Rio de Janeiro (Brésil), Nice (France), Munich (Allemagne), Venise (Italie),  Binche, Malmédy ou éventuellement Alost (Belgique). 

-       Elles auront des lettres de créance de leurs gouvernements stellaires, rédigées en langue Terrienne (voir plus loin), attestant qu’elles viennent en tant que touristes étrangers et neutres, s’interdisant toute forme de parasitisme passif ou actif. Ces lettres mentionneront clairement leur provenance qui sera adaptée à nos tableaux astronomiques.

-       Leurs gouvernements respectifs prennent en charge tous les frais de leur séjour et payent en outre un important surplus. (voir plus loin)

-       La monnaie d’échange pourra - au gré des accords avec les Terriens – se composer p. ex. de : platine, or natif, diamants naturels, émeraudes, rubis, saphirs, gaz très rares.  Au gré de nos envies et/ou besoins nous pouvons changer cette liste de biens de transaction. Ces biens feront l’objet d’une contrepartie en billets de banque du pays visité, selon les lois du marché.

-       Le surplus cité servira en principe au bien-être des 90% des Terriens qui manquent de nourriture, de soins ou d’enseignement (puisqu’il semble que les Terriens très riches ne soient pas tellement partageurs...).  Les Entités auront un certain droit de regard sur la répartition équitable qui sera réglée par quelques-uns de nos citoyens ordinaires.

-       Elles devront s’exprimer dans une des langues les plus parlées sur Terre, soit et dans l’ordre : le chinois, le hindi, l’anglais, l’espagnol ou à défaut le français.

-       Il est interdit aux Entités extraterrestres d’avoir des relations quelconques avec les gouvernements de la Terre : il n’y aura aucun échange de connaissances ni de technologies.  Ce qui convient parfaitement  sur leur planète n’est pas forcément approprié chez nous. Par contre, elles pourront tenir trois ou quatre  conférences de presse pour éclairer les Terriens sur leur mode de vie, leur gouvernement et autres aspects d’organisation sur leur planète. 

-       Si ces personnes veulent s’informer sur la culture Terrienne ou étudier notre  biodiversité : elles devront poliment en demander l’autorisation et verser spontanément la prébende anticipée qui s‘y rapporte, en attendant notre réponse positive ou négative. Car nous étudions déjà nous-mêmes tous ces aspects de notre vie sur Terre et n’avons pas besoin que des étrangers viennent y fourrer leur nez ou y ajoutent leur grain de sel.

-       Elles veilleront spécialement à ne présenter aucune ressemblance avec les personnages de nos fictions, fables et légendes Terriennes. Toute similitude avec les personnages des films genre « Star Trek », « La Guerre des Etoiles », « La soupe aux Choux » ou « Mars attacks » provoquera un refus de visa ou le retrait du permis de séjour.  En effet, il nous suffit déjà que ce genre de fiction provoque des rêves vivaces et/ou des cauchemars dans nos populations sans que des Extraterrestres en rajoutent.

-       Les Entités n’enlèveront pas les femmes terriennes pour jouer au docteur (ni les hommes non plus d’ailleurs) et ne leur mettront pas d’idées farfelues ou paranoïaques dans la tête ni d’implants d’aucune sorte. Si les Entités voulaient jouer avec certains Terriens, il y a probablement des terrains d’entente réciproque à convenir gentiment et de commun accord entre les solliciteurs et les sollicités.  Les éventuels ébats auront toujours lieu à huis-clos afin de préserver les bonnes moeurs.

 -       Si cependant, les Entités extraterrestres avaient prévu – dans un élan de grande bonté - de faire profiter certains Terriens d’un voyage « aller » vers leur lointaine planète (inutile de prévoir le voyage retour) nous serons heureux de leur fournir la liste de ceux qu’ils pourront prendre à bord (en priorité partiront certains chefs d’état (surtout autoproclamés), des leaders politiques, financiers ou religieux, ainsi que divers magnats et plusieurs incarcérés irrécupérables pour la société)  

-       Il est d’autre part d’une importance capitale que les Entités extraterrestres apprennent au plus vite nos coutumes et règles sociales et s’y conforment à chaque instant, car sinon elles risquent de générer des conflits d’opinion chez les Terriens : situation intolérable justifiant l’expulsion immédiate.

-       Il leur est complètement interdit de divulguer des croyances sans fondement usuelles sur leur planète (religion, paranormal, extrasensoriel et apparentés) : nous sommes déjà largement pourvus de ce genre de convictions et pourrions même – en toute humilité – leur en apprendre beaucoup.

-       Nous pouvons tolérer, après concertation réciproque, que les Entités extraterrestres montent un spectacle ludique en nous montrant leurs prestidigitateurs et/ou magiciens ainsi que d’autres artistes : ce show sera organisé à leurs frais avec entrée gratuite pour les spectateurs terriens.  Il leur est en outre hautement recommandé d’inviter des Terriens comme observateurs neutres lors de tous les préparatifs dans ce domaine.  Dans le cas où ces manifestations avaient la faveur populaire terrienne, les autorités pourront prolonger le permis de séjour de ces Extraterrestres coopératifs.

-       Durant leur séjour sur Terre, les Entités – moyennant paiement du prix fort -  logeront dans nos hôtels, mangeront dans nos restaurants, feront des croisières, voyageront en taxi, en train, tram, bus, avion.  Ils achèteront un maximum de vêtements, de chaussures, de matériel et d’instruments d’optique et d’audiovisuel, des objets d’art, des livres, des magazines, des cartes postales et des objets ‘’souvenir’’ etc.  (qu’ils pourront emporter sur leur planète) dans nos établissements commerciaux afin que leur séjour soit profitable et gratifiant au plus grand nombre de Terriens.

Il leur est cependant interdit d’acheter des terrains ou des immeubles, comme il n’est pas admis qu’ils louent des studios ou des appartements. 

 A ces conditions les Terriens assureront – comme pour leurs propres natifs – leur sécurité et appliqueront à leur égard les mêmes lois antiracistes.  Les Entités seront taxées sur leurs revenus comme nos citoyens terriens ordinaires.   

16/12/2016

CE N'ETAIT QU'un REVE !

La classe est installée tout en haut du rocher, dans un chalet.  Au départ de la vallée on  y accède par un escalier grossier taillé à même la pierre. De l'autre côté du chalet c'est le ravin. Au bout de la salle de classe une porte donne directement sur le vide à-pic, mais on ne peut pas l'ouvrir de l'intérieur. Qui l'ouvrirait de l'extérieur, hein ? Qui ?

Dans cette classe l'air est pur, le panorama magnifique puisque l’on voit les Alpes et le sommet du Mont Blanc enneigé.  Aux alentours et plus loin il n’y a que des sommets flous de montagnes perdues dans les brouillards. C’est même un peu irréel.   

        Debout sur l'estrade devant le tableau, elle donne son cours à une quarantaine de petits écoliers de la vallée, garçons et filles de huit ou de neuf ans. Pendant ses explications son regard est attiré par une chose insolite dans le ciel.

       Bibendum3D_print1.jpg3815423e-f89d-4282-9866-be711d5f5ef6Original.jpg D’un nuage anodin elle voit émerger un de ces bonshommes gonflés, dits "Michelin". Il est plus grand que les publicités pour les pneus : il a la taille d'un très grand homme obèse.  Sa première surprise passée, elle éprouve de la crainte. Il leur veut du mal, ce bonhomme, elle le sait intuitivement. Il en veut surtout aux enfants. Veut-il les précipiter du haut de la falaise ? Elle comprend son intention d’ouvrir la porte au bout de la classe, de s’engouffrer à l’intérieur accompagné d’un vent violent, elle en a le pressentiment. Et quelle catastrophe surviendra ensuite?

Elle procède immédiatement à l’évacuation du local. Pas de panique. En rang, comme lors de l'exercice en cas d'incendie, elle fait descendre les élèves par l'escalier dans le roc. Juste à temps. Quand elle tire la porte derrière eux, le bonhomme "Michelin" s'apprête à forcer l'autre porte là-bas au bout. Ils l’ont échappé belle !

15/12/2016

Un peu de FEEerie ?

Pendant plus de dix ans je me suis « occupée » d’ovni et d’extraterrestres par curiosité. Après cette période j’ai mis un point final à cette activité. Bien sûr, à cause de cela je me suis intéressée de plus près à l’astronomie, l’aviation, les illusions d’optique, les affabulations, la psychologie des adultes frustrés, la schizophrénie, le folklore de l’Amérique du Sud et de la Chine, et j’ai abordé un tas d’autres domaines nécessaires à mon sens critique.

Dans cette période j’ai aussi rencontré un tas de personnes, intéressantes, carrément illuminées ou allumées … Parmi ce monde un couple : François et sa fée autoproclamée. Ils déconnaient ferme.

Elle jouait le jeu à 300%. Pour moi ce n’était que surenchère et désir de se faire valoir ou de faire vaciller un esprit affaibli (elle pratiquait le sport de la fée contre monnaies sonnantes et trébuchantes).

Un jour qu’ils étaient en visite chez moi, la fée a prétendu qu’il y avait une entité malfaisante DANS mon orgue électrique. Elle s'est laissée tomber (contre son mari, pas folle la guêpe!) Etait-ce le nounours en peluche qui y trônait ?

-lutin.jpgA leur arrivée je les avais vus par la fenêtre : elle était habillée en lutin ou quelque chose du genre. Pantalon bouffant en satin brillant avec large ceinture dorée et des babouches assorties.

 pantalon.jpg babouche.jpg

     epee.jpg Sans oublier sa baguette de fée achetée au rayon "jouets"

J'ai fait semblant de n'avoir pas remarqué cet accoutrement. Avant de repartir elle m'a demandé un service : les E.T. voulaient que je passe un message au monde entier par l'internet (elle n'avait aucune idée comment ça fonctionnait). Le message? Probablement issu de la série télévisée "Highlanders" : LES IMMORTELS SONT ETERNELS !

14/12/2016

COLLECTIONNEUR ?

309299509-collection-de-pots-au-lait.jpgMadeleine avait une collection de plus de mille petits pots à lait : ceux qu’on présente au café de cinq heures. Ils étaient en faïence ou en porcelaine, en métal noble ou plaqué ; certains dataient de Mathusalem, d’autres étaient très modernes. Elle ne s’en servait pas : ils étaient rangés dans une armoire aux quatre côtés vitrés.

 

cruches.jpgClaire avait la marotte des cruches : elle les dénichait dans les brocantes ou chez les antiquaires. Chacune valait un bon prix (à l’achat) et quand elle en avait plus de 400 qui prenaient de plus en plus de place dans son appartement, elle estimait que c’était trop. Elle les a mis en vente. Sans succès, car le prix  offert n’atteignait pas le dixième de celui qu’elle avait déboursé.

Dans la famille un frère et une sœur se sont collection-ancienne-de-300-timbres-france-neufs-935850082_ML.jpg

plus modestement investi dans la collection des timbres-poste. Quand au bout de plusieurs années ils ont voulu les monnayer le marchand les a pris pour deux fois rien : c’est mieux que pour rien du tout !

Le garagiste préféré de Jipi ne faisait que dans les ancêtres motorisés. Au fil du temps, avec du flair et du talent il réalisait parfois un beau coup. C’est comme au poker.

A la mort de mon oncle Omer – il était imprimeur – les enfants ont hérité une bibliothèque de plus de 6.000 volumes dont certains anciens et rares.

Lucien – sorte de baron zip – croyait qu’en achetant des vieux tableaux de maîtres inconnus et à la facture généralement très sombre, qu’il plaçait judicieusement son fric de nouveau riche.

La maman de Jipi collectionnait tout, mais alors tout ! Elle avait horreur d’une place vide dans la maison et ne parvenait jamais à se défaire des choses, même usées. Quel capharnaüm !

J'en ai connu qui collectionnaient des cartons de bière, les capsules métalliques des bouchons de champagne, des billes en verre...

Moi ? Sauf quelques bouquins je n’ai pas l’esprit collectionneur. Tenez : je n’ai même pas gardé les emm… vécues. Et vous ?

13/12/2016

TILIO

Sa première purée lui donnait des frissons de dégoût !

ENOA

Elle mange de tout mais pas cette soupe là : trop piquante !

enoasoupe.jpg

NOEL CHEZ LES PIES.

Vous pouvez me croire : dans le bouleau le couple de pies prépare la crèche !

Que sont-elles venues faire d'autre dans le nid abandonné depuis l'été ?

 

Ou alors, elles sont encore plus déboussolées que les humains !

BRUIT DE TURBINE

En lançant ma bécane ce matin tôt, voilà qu'au bout de deux minutes  elle produit un bruit de turbine et je sentais les vibrations. Stop ! J'arrête tout parce que je craignais que le bidule allait décoller.

Cela ne m'était pas encore arrivé...

Un peu plus tard, je fais un nouvel essai : même résultat.

Pas de panique, me suis-je dit. La machine a compris et a ronronné de moins en moins fort. De toute façon j'étais près de la fenêtre et si elle avait continué à me faire peur je la balançais dans la rue !!!

Je le sais bien qu'elle émettra un jour des râles d'agonie, mais nous ne sommes pas encore à la moitié de sa durée de vie prévue par le fabricant : 4 ans. Si, si : elle ne vivra pas au delà, c'est écrit noir sur blanc dans ses caractéristiques techniques...

12/12/2016

Histoire MACABRE

Quand le fossoyeur d’Overmeire a pris sa retraite, il était très vieux pour l’époque (1940) : 70 ans. De temps en temps il passait chez mes grands-parents et un jour il leur a confié un vécu très pénible.

-       Tu te souviens de la petite Jeanne des Bontinck ? Elle avait douze ans quand je l’ai mise en bière. Il y a cinq ou 6 ans, elle était enterrée depuis 45 ans et personne ne s’occupait de sa tombe. Il fallait faire de la place au cimetière. Alors j’ai dû la déterrer pour l’ensevelir dans la fosse commune des pauvres.

Et bien : la petite Jeanne a été enterrée vivante.

Nous l’avions couchée dans le cercueil avec les mains jointes sur la  poitrine. Quand je l’ai déterrée elle était recroquevillée et ses mains avaient agrippé une de ses tresses.

Il était fort ému, le fossoyeur. Mon grand-père lui a versé une petite goutte pour qu’il se remette…